Sapin pas inquiet pour les autres banques après l'affaire BNP

dimanche 6 juillet 2014 11h56
 

AIX-EN-PROVENCE (Bouches-du-Rhône) (Reuters) - Le ministre français des Finances a assuré dimanche ne pas être inquiet pour les autres banques françaises, après les sanctions infligées à BNP Paribas aux Etats-Unis.

BNP Paribas a décidé de plaider coupable et accepté de payer une amende de 8,97 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros) dans le cadre du règlement d'un contentieux juridique lié à des violations des règles américaines d'embargo.

"Le risque est en train d'être plutôt perçu par d'autres très grandes banques européennes", a déclaré Michel Sapin, en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Prié de dire s'il était inquiet pour les établissements français, il a répondu "non".

Selon des sources américaines, Société générale, Crédit agricole et Deutsche Bank font l'objet d'investigations aux Etats-Unis pour violation présumée de sanctions économiques américaines.

Une source a précisé que le département de la Justice et d'autres organismes, dont le procureur de Manhattan, enquêtaient sur Société générale et Crédit agricole pour déterminer si ces banques avaient enfreint les sanctions imposées à des pays tels que l'Iran, Cuba et le Soudan.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Emmanuel Jarry)

 
Le ministre français des Finances a assuré dimanche ne pas être inquiet pour les autres banques françaises, après les sanctions infligées à BNP Paribas aux Etats-Unis. Selon des sources américaines, Société générale, Crédit agricole et Deutsche Bank font l'objet d'investigations aux Etats-Unis pour violation présumée de sanctions économiques américaines. /Photo d'archives/REUTERS/Pierre Albouy