La BCE veut se donner du temps après ses dernières mesures

jeudi 3 juillet 2014 17h18
 

par Eva Taylor et Paul Carrel

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) s'est dit prête à soutenir la fragile reprise économique de la zone euro mais a prévenu qu'il ne fallait pas s'attendre à des initiatives de sa part à chacune de ses réunions de politique monétaire dont la fréquence sera réduite et la teneur des débats rendue publique à compter du début de l'année prochaine.

A l'issue de son conseil des gouverneurs de jeudi, elle a laissé inchangé ses taux directeurs, un mois après les avoir abaissés à des nouveaux plus bas records, avec notamment un taux de dépôt passé en territoire négatif.

L'institut d'émission avait abaissé début juin son taux de refinancement à 0,15% et ramené son taux de dépôt à -0,1%, deux seuils historiquement bas. Le taux de prêt marginal, abaissé le mois dernier à 0,4%, a également été maintenu à ce niveau.

La BCE a aussi précisé dans la journée les modalités des opérations de refinancement à long terme ciblées (TLTRO), elle aussi annoncées le mois dernier dans le but de soutenir le crédit aux entreprises.

"La combinaison des mesures de politique monétaire décidées le mois dernier a conduit à un nouvel assouplissement dans l'orientation de la politique monétaire", a déclaré le président de la BCE lors de sa traditionnelle conférence de presse mensuelle.

"Les opérations monétaires qui auront lieu dans les prochains mois renforceront cet assouplissement et soutiendront le crédit bancaire", a poursuivi Mario Draghi en référence aux TLTRO qui débuteront en septembre. "Au fur et à mesure que nos mesures se transmettront à l'économie, elles contribueront au retour de taux d'inflation à des niveaux plus proches de 2,0%."

GERER LES ANTICIPATIONS   Suite...

 
Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi. La BCE a annoncé jeudi qu'elle maintenait ses taux d'intérêt aux niveaux qui sont les leurs depuis sa dernière réunion il y a un mois. /Photo prise le 3 juillet/REUTERS/Ralph Orlowski