Berlin attentif à la sécurité sur le projet de fusion KMW/Nexter

mercredi 2 juillet 2014 17h53
 

BERLIN (Reuters) - Le projet de rapprochement entre les constructeurs allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) et français Nexter dans le secteur de l'armement terrestre sera minutieusement examiné pour déterminer s'il menace les intérêts allemands en matière de sécurité, a déclaré le ministère allemand de l'Economie.

Les groupes allemand et français ont dit mardi être entrés en négociations exclusives, premier acte d'un rapprochement qui ferait de la future co-entreprise le leader de l'armement terrestre européen en terme de chiffre d'affaires, dans un marché de plus en plus concurrentiel.

Ce projet est considéré comme un moyen de réduire les coûts des fabricants à l'heure où la défense fait l'objet de coupes budgétaires dans de nombreux pays européens.

L'Allemagne a cependant déclaré que le nouveau groupe issu de la fusion devrait respecter les restrictions sur les exportations d'armes.

Sur le papier, les gouvernements sont plutôt favorables à une consolidation du secteur de l'armement mais ces projets achoppent souvent sur des questions de politique ou de sécurité nationale, à l'image de la fusion avortée entre le britannique BAE Systems et EADS rebaptisé depuis Airbus Group.

Nexter, fabricant notamment du véhicule blindé VBCI et du char Leclerc, est détenu à 100% par l'Etat. Côté allemand, KMW, qui fabrique les chars Leopard, est contrôlée à 100% par la famille Bode-Wegmann.

A l'issue du rapprochement, la nouvelle structure baptisée Kant (pour "KMW and Nexter together") sera détenue à 50% par l'Etat français et à 50% par la famille Bode-Wegmann.

Le nouveau groupe, avec un chiffre d'affaires estimé à près de 2 milliards d'euros et un effectif de plus de 6.000 personnes, permettra aux deux entités d'être mieux positionnées pour remporter des contrats auprès de leurs principaux clients européens.

"Nous avons souligné à plusieurs reprises qu'en temps de réduction des budgets de la défense, la consolidation était impérative", a estimé dans une note l'analyste Michael Raab de Kepler Chevreux. Il a ajouté que les forces au sol, et donc sociétés concernées par les systèmes terrestres, étaient parmi les plus touchées par les réductions de budgets des armées.   Suite...

 
Un blindé Dingo, fabriqué par le groupe allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW). Le projet de rapprochement entre KMW et le constructeur français Nexter dans le secteur de l'armement terrestre sera minutieusement examiné pour déterminer s'il menace les intérêts allemands en matière de sécurité, a déclaré le ministère allemand de l'Economie. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay