Les énergéticiens de l'UE plombés par des prix bas jusqu'en 2020

mercredi 2 juillet 2014 15h36
 

FRANCFORT (Reuters) - Les groupes européens de services aux collectivités seront affectés par la faiblesse des prix de gros de l'énergie jusqu'à la fin de la décennie en raison de la hausse de la production d'énergie renouvelable conjuguée à la faiblesse de la demande, a déclaré mercredi l'agence de notation Moody's.

L'énergie renouvelable prend le pas sur les centrales électriques en Europe, ce qui créé une situation de surcapacité et tire les prix vers le bas, tandis que les centrales à charbon sont contraintes de fermer en raison des mesures de protection contre le changement climatique.

Les prix de gros dans le secteur de l'énergie en Allemagne ont baissé de plus de 40% depuis le printemps 2011, quand la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, avait fait grimper les prix.

Parallèlement, la demande a reculé pendant la crise dans la zone euro tandis que les rendements énergétiques s'amélioraient.

Selon Moody's, cette tendance devrait continuer à avoir une incidence négative sur les chiffres d'affaires des groupes de services aux collectivités.

"De notre point de vue, il va y avoir davantage de règlements et de réformes, ce qui affectera le secteur européen des services aux collectivités", estime l'agence.

La capacité de production d'énergie renouvelable, principalement solaire et éolienne terrestre, en Grande-Bretagne, France, Allemagne, Espagne, Italie et dans les pays nordiques a atteint 290 gigawatts à la fin de l'année 2013, représentant la production de près de 300 centrales nucléaires aux normes européennes et à comparer aux 205 GW de 2009.

Moody's estime que l'espagnol Iberdrola, le britannique SSE, l'allemand EWE, ainsi que les français EDF et GDF Suez sont les mieux positionnés dans la région.

Les poids lourds allemands du secteur E.ON et RWE sont dans la zone d'entre-deux en termes d'impact négatif.   Suite...

 
Selon l'agence de notation Moody's, les groupes européens de services aux collectivités seront affectés par la faiblesse des prix de gros de l'énergie jusqu'à la fin de la décennie en raison de la hausse de la production d'énergie renouvelable conjuguée à la faiblesse de la demande. /Photo d'archives/REUTERS/Pawel Kopczynski