29 juin 2014 / 09:38 / dans 3 ans

Le patronat français lance un appel à Hollande et Valls

A une semaine de la conférence sociale des 7 et 8 juillet, les organisations patronales appellent François Hollande et Manuel Valls à conforter les mesures en faveur des entreprises pour permettre à la France de renouer avec la croissance économique Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - A une semaine de la conférence sociale des 7 et 8 juillet, les organisations patronales appellent François Hollande et Manuel Valls à conforter les mesures en faveur des entreprises pour permettre à la France de renouer avec la croissance économique.

Les dirigeants du Medef, de la CGPME, de l‘UPA, de la FNSEA, de l‘UNAPL, de l‘Afep, de Croissance Plus et de l‘Asmep-ETI poussent “un cri d‘alarme de citoyens français inquiets pour l‘avenir de leur pays”, dans cet appel au chef de l‘Etat et au Premier ministre publié dans Le Journal du Dimanche.

Ils leur demandent d‘inscrire dans la loi la trajectoire de baisse du coût du travail et de la fiscalité sur trois ans, de modifier les décrets sur la pénibilité et les règles limitant le travail à temps partiel, ainsi qu‘un moratoire sur toute nouvelle mesure législative contraignante et une baisse “rapide et durable” des dépenses publiques.

“Il nous faut désormais assumer, dans l‘action, une politique en faveur de la croissance et de l‘emploi, donc des entreprises et de leurs salariés”, écrivent-ils. “Il faut accepter de regarder enfin les blocages structurels, de toucher à des tabous ou des dogmes, de moderniser, de capitaliser sur les fonctionnaires et leur envie de faire.”

Certaines de ces organisations ont menacé de ne pas participer à la conférence sociale, pour protester notamment contre les contraintes liées à la prise en compte de la pénibilité du travail, suscitant une mise en garde de la CFDT.

“S‘il ne participent pas au sommet social, il faudra mettre fin au pacte de responsabilité”, qui baisse le coût du travail pour les entreprises, a dit vendredi le numéro un du syndicat réformiste, Laurent Berger.

Jean-Baptiste Vey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below