Juncker désigné pour la Commission, malgré l'offensive de Cameron

vendredi 27 juin 2014 18h37
 

par Gregory Blachier

BRUXELLES (Reuters) - Jean-Claude Juncker a été désigné vendredi candidat pour la présidence de la Commission européenne par les dirigeants des Vingt-Huit, qui lui ont donné pour mandat d'oeuvrer pendant cinq ans en faveur de la croissance et de l'investissement.

Le Conseil européen a été contraint à un vote à la majorité qualifiée par l'inflexibilité du Premier ministre britannique David Cameron, quasiment isolé mais résolu dans sa lutte contre un homme qu'il juge trop fédéraliste et contre le "coup d'Etat" du Parlement européen dont ses ex-alliés ont pris acte.

L'ancien Premier ministre luxembourgeois a sans surprise été désigné, a annoncé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, utilisant Twitter comme il en a l'habitude.

Il a obtenu 26 voix contre deux, la Hongrie y était aussi hostile, et va donc se présenter devant le Parlement le 16 juillet, en vue d'une élection a priori formelle.

Il formera ensuite son équipe en coopération avec les Etats membres avant de subir avec la Commission européenne tout entière un vote d'investiture qui permettra au nouvel exécutif de l'UE d'entrer en fonctions le 1er novembre 2014.

Candidat présenté par les conservateurs du PPE lors des élections, il a le soutien de son groupe mais aussi des sociaux-démocrates qui ont obtenu, sous l'impulsion de l'Italie et de la France, une inflexion pour la croissance et l'investissement adoptée à l'unanimité, ainsi que des libéraux et des Verts.

David Cameron a pourtant bataillé jusqu'au bout et rappelé, lors du déjeuner des chefs d'Etat et de gouvernement, son hostilité au processus comme à l'ex-président de l'Eurogroupe.

"C'est un mauvais principe et c'est la mauvaise personne. Jean-Claude Juncker est au coeur du projet, a accru le pouvoir de Bruxelles et réduit le pouvoir des Etats nations tout au long de sa vie politique", avait-il dit David Cameron à la presse.   Suite...

 
Les dirigeants européens ont désigné vendredi Jean-Claude Juncker, vétéran des institutions communautaires, comme candidat à la présidence de la Commission malgré l'opposition farouche et jusqu'à la dernière minute du Britannique David Cameron. /Photo prise le 26 juin 2014/REUTERS/François Lenoir