Le Japon mise gros sur les voitures à piles à combustible

mercredi 25 juin 2014 11h58
 

par Yoko Kubota et Maki Shiraki

TOKYO (Reuters) - Le gouvernement japonais et les principaux constructeurs nippons, dont Toyota, misent à l'unisson sur le développement des piles à combustible dans l'automobile, une technologie encore onéreuse et complexe mais non-polluante.

Le premier constructeur automobile mondial a dévoilé mercredi sa première voiture alimentée par une pile à combustible et destinée au grand public, qui devrait être commercialisée d'ici la fin du mois de mars 2015 au Japon, à un prix unitaire de quelque sept millions de yens (50.432 euros). Son lancement en Europe et aux Etats-Unis est prévu autour de l'été 2015.

Lors de la présentation, mardi, de la nouvelle tranche du programme de réformes économiques, le Premier ministre Shinzo Abe a notamment appelé à la mise en place de subventions et de crédits d'impôt pour ces véhicules et a promis de développer les stations d'approvisionnement en hydrogène dans le cadre d'une feuille de route pour promouvoir cette technologie.

Ces nouveaux véhicules combinent de l'hydrogène à l'oxygène de l'air pour produire de l'électricité et leur émission est de la vapeur d'eau. Leur autonomie est le quintuple de celle des voitures électriques et remplir le réservoir d'hydrogène ne prend que quelques minutes.

Le Japon reste en pointe dans l'industrie automobile et mise sur le potentiel de cette technologie, qui pourrait devenir clé au cours des prochaines décennies en raison de normes d'émission plus rigoureuses en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

D'autres constructeurs, comme le sud-coréen Hyundai Motor et l'allemand Daimler AG, préparent également le lancement de voitures fonctionnant à l'hydrogène.

Les nouvelles mesures du gouvernement confortent Toyota et Honda, numéro trois au Japon, dans l'idée de débuter la commercialisation de ces véhicules en 2015.

  Suite...

 
Toyota envisage de commercialiser ses premiers véhicules fonctionnant avec des piles à combustible d'ici la fin du mois de mars 2015 au Japon, à un prix unitaire de quelque sept millions de yens (50.432 euros). /Photo prise le 25 juin 2014/REUTERS/Yuya Shino