Le climat des affaires dégradé augure un PIB faible

mercredi 25 juin 2014 12h29
 

PARIS (Reuters) - Le climat des affaires s'est dégradé en juin en France, laissant augurer une croissance économique faible au deuxième trimestre et une fragilité pour les mois suivants.

L'indicateur global a reculé de deux points à 92 contre 94 en mai et se maintient en deçà de sa moyenne de long terme située à 100.

L'Insee ajoute que "l'indicateur de retournement pour l'ensemble des secteurs passe dans la zone indiquant une situation défavorable".

Par secteurs, l'indicateur de l'industrie manufacturière a perdu un point à 98, alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient à 99.

Celui des services est stable à 90 et reste nettement en deçà de sa moyenne de longue période.

L'indicateur du bâtiment a reculé de quatre points à 90, son plus bas niveau depuis 1997 si on l'examine à la décimale près, et celui du commerce de détail a perdu deux points à 96.

Selon Philippe Waechter, chef économiste de Natixis AM, cette dégradation du climat des affaires signale que "le PIB du deuxième trimestre sera très faible".

Victor Echevarria, de BNP Paribas, estime que ce résultat et les mauvais indices PMI fragilisent la prévision de la banque d'une croissance du PIB de 0,25% au deuxième trimestre et celle d'une croissance de 0,3% au troisième.

L'Insee a annoncé mardi prévoir une hausse de 0,3% du PIB aux deuxième, troisième et quatrième trimestres, soit une croissance de 0,7% de l'économie française en 2014.   Suite...

 
LE CLIMAT DES AFFAIRES