Le patron de Siemens marque des points dans la défaite

lundi 23 juin 2014 18h41
 

par Jens Hack et Maria Sheahan

MUNICH/FRANCFORT (Reuters) - Siemens a certes perdu face à General Electric dans la bataille pour l'essentiel de la branche énergie d'Alstom mais le président du directoire du groupe allemand n'en a pas moins marqué des points.

En succédant il y a moins d'un an à l'Autrichien Peter Löscher, écarté après une série d'acquisitions hasardeuses, notamment celle de l'entreprise américaine de diagnostic médical Dade Behring, Joe Kaeser avait promis une gestion plus disciplinée.

Il a tenu parole dans le feuilleton qui vient de s'achever, même si Alstom a finalement préféré l'offre de GE à celle présentée conjointement par Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries.

Le message délivré aux actionnaires de Siemens a en effet été clair : l'ère Peter Löscher est révolue et Siemens n'est plus disposé à réaliser des acquisitions à n'importe quel prix.

"Kaeser s'en est plutôt bien sorti", estime Ingo-Martin Schachel, analyste à Commerzbank. "Il n'a pas été simplement discipliné mais aussi malin parce qu'il a rendu les choses un peu plus difficiles pour GE".

Siemens préparait déjà son offre pour contrer celle de GE lorsque Joe Kaeser a précisé en mai dernier les contours d'un vaste plan de restructuration destiné à tirer un trait sur la gestion de Peter Löscher.

Plusieurs voix s'élevaient alors chez Siemens pour dénoncer comme un gaspillage de temps et d'argent un éventuel rapprochement avec Alstom.

Les syndicats s'inquiétaient pour leur part des conséquences sur les salariés allemands que pourraient avoir les garanties que Siemens devrait apporter aux salariés français d'Alstom.   Suite...

 
Siemens a certes perdu face à General Electric dans la bataille pour l'essentiel de la branche énergie d'Alstom mais le président du directoire du groupe allemand Joe Kaeser n'en a pas moins marqué des points, montrant que le groupe n'était plus disposé à réaliser des acquisitions à n'importe quel prix. /Photo prise le 26 mars 2014/REUTERS/Alexander Zemlianichenko/Pool