Le PDG d'Alstom estime que l'Etat ferait un bon investissement

lundi 23 juin 2014 11h28
 

PARIS (Reuters) - L'Etat ferait un bon investissement en prenant 20% du capital d'Alstom dans le cadre de la vente de la branche énergie du groupe à l'américain General Electric, a estimé lundi le PDG du groupe français, Patrick Kron.

L'Etat a conclu dimanche un accord avec Bouygues qui lui accorde une option d'achat sur 20% du capital d'Alstom pendant 20 mois à compter de la finalisation de l'opération, prévue au premier semestre 2015.

L'exercice de cette option constituerait le scénario exactement inverse de 2006, quand le groupe de BTP avait repris la part de l'Etat dans le spécialiste des infrastructures de transport et d'énergie.

"L'Etat était actionnaire à 20% d'Alstom il n'y pas si longtemps et ça n'a pas été une mauvaise solution ni une mauvaise expérience, que ce soit pour l'Etat, pour Alstom ou pour les autres actionnaires", a déclaré Patrick Kron lors d'une conférence avec les analystes financiers.

"Je pense qu'il ferait un bon investissement dans Alstom, c'est une société qui a un fort potentiel de création de valeur et je m'attends à ce que tous les actionnaires en bénéficient", a-t-il ajouté.

Etant donné que son entrée au capital et au conseil d'administration aurait lieu après l'opération avec GE, l'Etat n'aura pas son mot à dire sur l'utilisation qui sera faite du produit de cession de la branche énergie, a cependant souligné Patrick Kron.

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a de son côté déclaré qu'aucune contrepartie n'avait été négociée avec Bouygues.

"Si M. Bouygues n'avait pas passé un accord ce week-end, l'opération de GE était bloquée par le gouvernement, c'était une condition préalable", a-t-il observé sur BFM TV.

Dans le cadre de son accord avec GE, Alstom cèdera au géant américain sa branche énergie pour 12,35 milliards d'euros, comme prévu, mais il devra ensuite investir 2,5 milliards dans trois coentreprises détenues à parité avec GE.   Suite...

 
Le PDG d'Alstom, Patrick Kron, estime que l'Etat ferait un bon investissement en prenant 20% du capital du groupe dans le cadre de la vente de la branche énergie à l'américain General Electric. /Photo prise le 7 mai 2014/REUTERS/Philippe Wojazer