Le pétrole s'invite à Wall Street

dimanche 22 juin 2014 17h16
 

NEW YORK (Reuters) - Les prix du pétrole, au plus haut depuis neuf mois, occuperont les esprits des investisseurs américains cette semaine à Wall Street.

Le baril de Brent flirte avec les 115 dollars sur fond de combats en Irak, où les insurgés sunnites ne cessent de progresser.

Les marchés d'actions ont jusqu'ici peu réagi au conflit en Irak et aux risques d'approvisionnement en provenance du deuxième producteur de l'Opep.

La situation pourrait changer.

Longtemps différée, la hausse des prix du pétrole est désormais bien réelle et elle intéresse les Bourses en raison de ses conséquences sur l'inflation et donc, indirectement, sur les politiques monétaires, aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis.

La baisse des prix de l'énergie a en effet contribué à faire descendre l'inflation à des niveaux très bas dans la zone euro.

Si la tendance à la hausse se confirmait, la donne actuelle en matière de politique monétaire, avec une réduction graduelle par la Réserve fédérale de sa stratégie d'assouplissement et un renforcement prudent par la Banque centrale européenne de son arsenal de stimulation, pourrait s'en trouver modifiée.

La politique monétaire sera au centre d'un Conseil européen, jeudi et vendredi à Bruxelles.

  Suite...

 
Policier irakien montant la garde dans un champ pétrolier près de Bassorah. Les prix du pétrole, au plus haut depuis neuf mois, occuperont les esprits des investisseurs américains cette semaine à Wall Street, alors que les marchés actions pourraient commencer à réagir au conflit en Irak et aux risques d'approvisionnement en provenance du deuxième producteur de l'Opep. /Photo prise le 18 juin 2014/REUTERS/Essam Al-Sudani