Alstom valide l'offre de GE, l'Etat et Bouygues négocient

samedi 21 juin 2014 22h13
 

par Elizabeth Pineau et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Alstom s'est prononcé samedi en faveur de l'offre de General Electric, alors que l'Etat négociait toujours le rachat à Bouygues de 20% des actions du groupe, une condition imposée par le gouvernement à la reprise par le groupe américain d'une partie de la branche énergie du français.

Le conseil d'Alstom a ainsi confirmé, à l'unanimité, son choix initial malgré une offre rivale de l'allemand Siemens et du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

GE s'est immédiatement félicité de cette décision. "Cet accord est bon pour la France, GE et Alstom", a déclaré le PDG du groupe, Jeff Immelt, dans un communiqué, estimant que l'opération devrait être finalisée en 2015. L'Etat français avait lui-même donné vendredi sa préférence à GE, assortie de conditions strictes, exigeant en particulier de devenir le premier actionnaire d'Alstom en rachetant 20% de la société à Bouygues, une opération pour laquelle des négociations devraient se poursuivre dimanche avec de bonnes chances d'aboutir, selon plusieurs sources.

Un accord entre l'Etat et Bouygues est en "bonne voie" samedi soir, a déclaré à Reuters une source proche du dossier. Plus tôt dans la journée, le président français avait dit attendre des "avancées" avant samedi soir sur ces négociations, sans quoi l'alliance Alstom-GE serait menacée.

Le directeur général de l'Agence des participations de l'Etat, David Azéma, a toutefois déclaré au même moment à Reuters ne pas être arrivé à ce stade à un accord avec Bouygues. "Les discussions continuent", a-t-il ajouté.

Un porte-parole de Bouygues n'a pas souhaité faire de commentaire. Le groupe détenait 29,3% du capital d'Alstom à fin mars.

Bercy avait indiqué vendredi que l'opération devrait se faire au prix du marché, ce qui impliquerait de verser 1,7 milliard d'euros environ à Bouygues pour 20% des actions sur la base de la capitalisation boursière actuelle d'Alstom et d'un cours de clôture de 28,00 euros vendredi.

  Suite...

 
Alstom s'est prononcé samedi en faveur de l'offre de General Electric, alors que l'Etat négociait toujours le rachat à Bouygues de 20% des actions du groupe, une condition imposée par le gouvernement à la reprise par le groupe américain d'une partie de la branche énergie du français. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau