Avancées attendues dans les dicussions Etat-Bouygues sur Alstom

samedi 21 juin 2014 15h06
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français attend des "avancées" d'ici samedi soir sur les négociations engagées entre l'Etat et Bouygues sur le rachat de 20% des actions d'Alstom, condition préalable pour lui à une alliance Alstom-General Electric, a déclaré François Hollande.

Le rachat d'une partie de la branche énergie d'Alstom par General Electric est entré samedi dans une phase critique, l'Etat négociant avec Bouygues sur le prix de cession de 20% du capital d'Alstom.

Bercy a insisté vendredi sur le fait que l'opération devrait se faire au prix du marché. L'action Alstom valait 28 euros vendredi à la clôture du marché, soit presque 20% en deçà de la valorisation inscrite par Bouygues dans ses comptes.

"J'ai décidé (...) que l'Etat entrerait au capital d'Alstom (...) cette condition est majeure pour l'acceptation par le gouvernement de l'alliance qui vient d'être nouée entre General Electric et Alstom", a déclaré samedi François Hollande en marge d'un mini-sommet social-démocrate européen à Paris.

"C'est pourquoi je pense que nous allons obtenir là-dessus des avancées d'ici la fin de la journée", a ajouté le président.

"Mais s'il n'y avait pas ces avancées, s'il n'y avait pas cette vente à un prix qui pour le gouvernement soit acceptable, alors il y aurait nécessairement à revenir sur l'alliance telle qu'elle vient d'être annoncée."

Alors qu'un média faisait état samedi d'un "blocage" des négociations sur le prix de rachat de ces titres, un communiqué de GE attendu dans la matinée ne s'est jamais matérialisé.

Mais plusieurs sources au fait du dossier ont dit à Reuters que les discussions, décrites vendredi soir comme en voie de finalisation, étaient toujours en cours et devraient aboutir d'ici lundi, date à laquelle l'offre de GE expire.

  Suite...

 
Le gouvernement français attend des "avancées" d'ici samedi soir sur les négociations engagées entre l'Etat et Bouygues sur le rachat de 20% des actions d'Alstom, condition préalable pour lui à une alliance Alstom-General Electric, a déclaré François Hollande en marge d'un mini-sommet social-démocrate européen à Paris. /Photo prise le 27 avril 2014/REUTERS/Stéphane Mahé