Vers la simplification de la gouvernance budgétaire dans l'UE

vendredi 20 juin 2014 20h36
 

par Ingrid Melander et Martin Santa

LUXEMBOURG (Reuters) - L'Union européenne (UE) examinera à la fin de cette année comme prévu les nouvelles règles de gouvernance économiques et budgétaires dont elle s'est dotée à la suite de la crise des dettes souveraines pour voir si elles doivent être simplifiées et adaptées afin d'encourager la croissance et l'emploi.

La Commission européenne, qui doit conduire cet examen d'ici le 14 décembre, peut proposer des aménagements aux Etats-membres et au Parlement européen.

Si des modifications des règles elles-mêmes sur le suivi des politiques économiques et budgétaires des Etats-membres semblent peu probables à l'issue de cet examen, la manière dont elles sont interprétées pourrait être aménagée.

"C'est ce que nous avons en tête, c'est une évaluation de la question dans son ensemble", a déclaré le ministre des Finances autrichien Michael Spindelegger, en marge d'une réunion Ecofin (ministres des Finances de l'UE) à Luxembourg, évoquant "le détail et la question de savoir si nous avons besoin d'un aussi grand nombre de règles et de calculs compliqués".

Par étapes - semestre européen, Six-pack, Two-pack - la Commission européenne a renforcé sa surveillance des politiques économiques des Etats-membres dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance qui limite les déficits publics à 3% du produit intérieur brut et l'endettement à 60% du PIB.

La question d'un assouplissement des règles communautaires afin de soutenir la croissance et l'emploi a été remise au centre du débat européen par le président du Conseil italien Matteo Renzi, dont le pays assurera à compter de juillet la présidence tournante de l'UE.

L'Italie, où Renzi mène une politique de relance, veut se pencher sur la mise en oeuvre de ces règles.

Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Economie et président du Parti social-démocrate (SPD), associé à la CDU d'Angela Merkel au sein du gouvernement de coalition allemand, juge lui-même que les coûts des réformes structurelles ne devraient pas être pris en compte dans le calcul des déficits publics.   Suite...

 
L'Union européenne examinera à la fin de cette année comme prévu les nouvelles règles de gouvernance économiques et budgétaires dont elle s'est dotée à la suite de la crise des dettes souveraines pour voir si elles doivent être simplifiées et adaptées afin d'encourager la croissance et l'emploi. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski