GE revoit son offre sur Alstom et propose des alliances

jeudi 19 juin 2014 19h12
 

par Benjamin Mallet et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - General Electric (GE) a amendé jeudi son offre de rachat de la branche énergie d'Alstom et propose désormais au groupe français une alliance mondiale à parité dans le nucléaire et les turbines à vapeur en France qui donnera à l'Etat français un droit de veto s'il juge ses intérêts menacés.

Face à l'offre concurrente du tandem Siemens et Mitsubishi Heavy Industries (MHI), le groupe américain propose aussi dans un communiqué de loger la propriété intellectuelle de la technologie des turbines à vapeur Arabelle utilisées dans les EPR dans une structure ad hoc détenue à 100% par l'Etat français, un sujet qui était jugé essentiel par l'Etat.

"Le gouvernement pourra ainsi accorder des licences à des tiers dans l'hypothèse où GE ne serait pas en mesure de fournir les turbines à vapeur Arabelle destinées à un projet nucléaire d'EDF/Areva", explique l'entreprise américaine.

GE propose en outre de créer deux coentreprises basées en France et détenues à parité avec Alstom dans les réseaux de transmission et dans les énergies renouvelables.

Alors que GE dit dans son communiqué maintenir le montant de son offre de 16,9 milliards de dollars (12,4 milliards d'euros), son PDG, Jeff Immelt, a déclaré toutefois lors d'une conférence téléphonique que ce prix pourrait être "ajusté".

Pour renforcer les activités d'Alstom dans le transport, le groupe américain prévoit de vendre au groupe français ses activités dans la signalisation.

L'annonce des nouveaux engagements de GE intervient après le dépôt, lundi, d'une offre rivale de Siemens et Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

Le tandem germano-nippon propose au total sept milliards d'euros pour un rachat des turbines à gaz d'Alstom par Siemens et un investissements minoritaire de MHI - à travers de coentreprises - dans les turbines à vapeur du groupe français, ses turbines hydrauliques et ses activités dans les réseaux.   Suite...

 
General Electric (GE) a amendé jeudi son offre de rachat de la branche énergie d'Alstom et propose désormais au groupe français une alliance mondiale à parité dans le nucléaire et les turbines à vapeur qui donnera à l'Etat français un droit de veto. /Photo prise le 27 avril 2014/REUTERS/Vincent Kessler