La "culture du secret" de General Motors vilipendée au Congrès

mercredi 18 juin 2014 21h13
 

par Ben Klayman et Eric Beech

WASHINGTON (Reuters) - La directrice générale de General Motors (GM) Mary Barra a dû faire face mercredi au Congrès aux critiques des élus contre la "culture du secret" reprochée au groupe dans le dossier des rappels de plusieurs millions de véhicules affectés de défauts de fabrication.

Convoquée par la sous-commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants, Mary Barra a dû s'expliquer sur ces multiples rappels, qui portent sur une vingtaine de millions de véhicules depuis le début de l'année, et sur les défauts de fabrication liés à 13 décès au moins.

Directrice générale du constructeur depuis moins de six mois mais salariée de GM depuis plus de 30 ans, elle a affirmé ne pas avoir été informée du problème avant décembre 2013.

La représentante démocrate Diana DeGette a jugé "franchement inquiétant" le fait qu'une enquête interne au groupe ait conclu que les principaux dirigeants de GM n'avaient pas été informés de l'existence de ce défaut mortel pendant des années alors que les échelons inférieurs et les services juridiques étaient au courant.

"Il n'y pas de quoi être fier", a ajouté l'élue, estimant que la rupture avec la "culture du secret" devait aller bien au-delà du changement des titulaires de quelques postes de direction.

GM a limogé 15 salariés depuis les rappels, dont certains cadres dirigeants, mais ces départs n'ont pas touché les rangs les plus élevés de la direction.

Les 44 rappels annoncés par General Motors depuis le 1er janvier représentent plus d'une année de ventes de voitures aux Etats-Unis, tous constructeurs confondus. Sur les 20 millions de véhicules concernés, près de 6,5 millions sont touchés par des problèmes liés au démarreur.

  Suite...

 
La directrice générale de General Motors (GM) Mary Barra a dû faire face mercredi au Congrès aux critiques des élus contre la "culture du secret" reprochée au groupe dans le dossier des rappels de plusieurs millions de véhicules affectés de défauts de fabrication. /Photo prise le 18 juin 2014/REUTERS/Jonathan Ernst