Wall Street finit en hausse, grâce aux fusions-acquisitions

lundi 16 juin 2014 23h19
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en légère hausse lundi, la prudence qu'impose la situation en Irak limitant l'effet des dernières annonces en dates de fusions-acquisitions, l'un des moteurs du marché ces derniers mois.

Après une séance en dents de scie durant laquelle il a oscillé autour de sa clôture de vendredi, l'indice Dow Jones a gagné 5,27 points, soit 0,03%, à 16.781,01. Le Standard & Poor's 500 a pris 1,62 point (+0,08%) à 1.937,78 et le Nasdaq Composite a progressé de 10,45 points (+0,24%) à 4.321,11.

Sept des dix indices sectoriels S&P ont fini dans le vert. Favorisé par la hausse des cours du pétrole, celui des valeurs de l'énergie a gagné 0,53%; celui des services aux collectivités a pris 0,68% tandis que celui des financières abandonnait 0,43%.

Face à l'avancée vers Bagdad de la rébellion sunnite de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), les Etats-Unis ont envisagent de dialoguer avec l'Iran en vue de soutenir le gouvernement irakien. Washington entre autres décider de frappes aériennes contre des objectifs en Irak pour limiter la progression d'EIIL.

"L'Irak est pour l'instant une excuse permettant aux investisseurs de vendre au niveau actuel. Dès qu'il y a des ventes, les acheteurs arrivent presque immédiatement, et c'est pourquoi le marché a évolué en dents de scie aujourd'hui", explique Peter Cardillo, chef économiste de Rockwell Global Capital. "C'est un nouvel élément qui montre que le marché ne chutera pas à cause de facteurs géopolitiques."

L'indice VIX de volatilité a progressé de 3,9% mais, à 12,65, il reste nettement inférieur à sa moyenne historique, proche de 20.

COVIDIEN A BONDI DE PLUS DE 20%

Le flot continue de fusions-acquisitions (M&A) assure de fait un soutien permanent à Wall Street et limite les replis. Lundi, la vedette a été le groupe de dispositifs médicaux Covidien, qui a bondi de 20,45%, la plus forte hausse du S&P-500, après l'annonce de son rachat par Medtronic (-1,1%) pour 42,9 milliards de dollars.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS