Le négoce pétrolier au coeur de l'enquête américaine sur BNP

lundi 16 juin 2014 17h03
 

par Ron Bousso et Dmitry Zhdannikov

LONDRES (Reuters) - BNP Paribas, qui risque actuellement une amende de 10 milliards de dollars pour avoir violé des sanctions américaines, a transmis aux enquêteurs en charge du dossier des archives permettant de retracer plusieurs années de transactions avec certains des plus grands acteurs du marché pétrolier mondial.

Une dizaine d'anciens salariés et hauts responsables du négoce de la banque ont déclaré avoir transmis ces derniers mois une importante quantité de documents portant sur des transactions pétrolières avec le Soudan et l'Iran, y compris des détails sur le rôle des sociétés de négoce et des compagnies pétrolières dans ces opérations.

Ce qui était connu jusqu'à présent est que l'enquête des autorités américaines porte sur de possibles infractions de BNP à des sanctions liées au Soudan, à l'Iran et à Cuba et sur la suppression par la banque d'éléments d'identification relatifs à des virements en dollars de manière à ce qu'ils puissent transiter par le système financier américain sans éveiller les soupçons.

La BNP a refusé de commenter ces informations. La banque a déclaré être en discussions avec les autorités américaines au sujet de "certains paiements en dollars US impliquant des Etats ou des personnes morales ou physiques qui pouvaient être soumises à des sanctions économiques édictées par les lois des Etats-Unis".

Les sources ont dit à Reuters que l'enquête américaine s'était jusqu'à présent concentrée principalement sur le financement en dollars d'achats de pétrole au Soudan entre 2002 et 2009, longtemps donc après l'adoption en 1997 par Washington de sanctions visant Khartoum, qui ont été prolongées en 2007.

Elles ont ajouté que BNP avait assuré la majeure partie du financement de transactions pour le compte de compagnies chinoises, parmi lesquelles Sinopec et CNPC, principaux importateurs de brut soudanais pendant cette période.

BNP a aussi financé des transactions réalisées par de grandes sociétés de négoce comme Trafigura et Vitol.

Les sociétés de négoce et les compagnies chinoises ont refusé de commenter ces informations.   Suite...

 
BNP Paribas, qui risque actuellement une amende de 10 milliards de dollars pour avoir violé des sanctions américaines, a transmis aux enquêteurs en charge du dossier des archives permettant de retracer plusieurs années de transactions avec certains des plus grands acteurs du marché pétrolier mondial. /Photo prise le 30 mai 2014/REUTERS/Charles Platiau