Moscou et Kiev toujours pas d'accord sur le prix du gaz

vendredi 13 juin 2014 18h52
 

KIEV/MOSCOU (Reuters) - La Russie n'a pas reçu de réponse "appropriée" de l'Ukraine à ses propositions dans le cadre des discussions entre les deux pays sur le prix du gaz livré par Moscou, a déclaré vendredi le président Vladimir Poutine par la voix de son porte-parole, cité par l'agence Interfax.

La Russie a proposé à l'Ukraine une ristourne de 100 dollars par 1.000 mètres cubes de gaz, soit un prix abaissé à 385 dollars. De son côté, l'Ukraine s'est dite prête à un compromis sur la base d'un prix de 326 dollars.

Moscou a donné à l'Ukraine jusqu'à lundi prochain pour s'acquitter d'une partie de sa dette gazière sous peine de se voir couper l'approvisionnement en provenance de Russie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dit ne pas être informé d'un projet de nouvelles discussions entre les représentants de Moscou et de Kiev d'ici là.

Le ministre ukrainien de l'Energie, Iouri Prodan, a néanmoins proposé en fin de journée que les discussions se poursuivent à Kiev ou dans une autre ville européenne à partir de samedi.

De son côté, le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a ordonné aux entreprises du secteur de l'énergie de se préparer à des coupures de gaz russe à partir de lundi.

Il a également demandé à l'autorité nationale de régulation de revoir les tarifs de transport du gaz russe en transit via l'Ukraine.

La Russie fait passer par l'Ukraine environ la moitié de ses exportations vers l'Europe, selon un communiqué du gouvernement publié vendredi.

L'Ukraine s'est déclarée prête vendredi à payer le gaz naturel qu'elle importe de Russie à un tarif de 326 dollars les mille mètres cubes, pour une période transitoire de dix-huit mois pendant laquelle des négociations se poursuivraient afin de régler le contentieux tarifaire entre les deux pays.   Suite...

 
Le président Vladimir Poutine a fait dire vendredi par son porte-parole que la Russie n'avait pas reçu de réponse "appropriée" de l'Ukraine à ses propositions, dans le cadre des discussions entre les deux pays sur le prix du gaz livré par Moscou; /Photo prise le 21 mai 2014/REUTERS/leb Garanich