13 juin 2014 / 11:04 / il y a 3 ans

Les Bourses européennes reculent à la mi-séance

Les Bourses européennes accentuent leurs pertes à mi-séance, dans un contexte d'intensification des violences en Irak qui nourrit l'envolée des cours du pétrole. À Paris, le CAC 40 abandonne 0,77% à 4.519,41 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,87% et à Londres, le FTSE recule d'1,01%. Les indices paneuropéens EuroStoxx 50 et Eurofirst 300 lâchent respectivement 0,66% et 0,61%. /Photo prise le 13 juin 2014/Remote

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes accentuent leurs pertes à mi-séance et Wall Street est attendue sur une note stable, dans un contexte d'intensification des violences en Irak qui nourrit l'envolée des cours du pétrole.

À Paris, le CAC 40 abandonne 0,77%, soit 34,99 points, à 4.519,41 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,87% et à Londres, le FTSE recule d'1,01%, plombé par les déclarations du gouverneur de la Banque d'Angleterre. Les indices paneuropéens EuroStoxx 50 et Eurofirst 300 lâchent respectivement 0,66% et 0,61%.

Après un rally haussier de plusieurs semaines en Europe, le Dax pourrait enregistrer sa première perte hebdomadaire depuis mi-avril, tandis que les indices phares de Paris et de Londres se dirigent vers leur première baisse sur la semaine depuis mai.

Les futures sur indices new-yorkais indiquent une ouverture de Wall Street sur une note stable, avec le Dow Jones en hausse de 0,08% et le S&P-500 en baisse de 0,11%.

Les intervenants seront attentifs à la publication aux Etats-Unis, à 15h55 GMT, de la première estimation de l'indice de confiance de l'université du Michigan pour le mois de juin.

Dans le sillage de Wall Street, qui a terminé en baisse jeudi, les marchés européens s'inquiètent de la situation en Irak, où les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) gagnent du terrain et progressent vers Bagdad après avoir pris mardi la deuxième ville du pays, Mossoul.

Le président américain Barack Obama a dit ne rien exclure, y compris des frappes aériennes, pour aider le gouvernement irakien face à l'offensive d'EIIL.

"La situation a pris un tournant inquiétant en Irak et c’est une mauvaise nouvelle pour la production de pétrole en Irak", a déclaré Sandrine Cauvin, gérante chez Turgot AM. "Si la détérioration de la sécurité est trop grande et que la production est sévèrement affectée, les prix pourraient flamber rapidement", a-t-elle ajouté.

Après avoir dépassé le seuil des 114 dollars le baril, le Brent évolue au-dessus de 113 dollars, tandis que le brut léger américain se traite aux alentours de 107 dollars le baril.

Dans ce contexte, les valeurs liées au transport aérien et à l'automobile reculent. EasyJet perd 4,13%, Air France 3,66% et Lufthansa 3,65% tandis que Daimler cède 1,86%.

Du côté des hausses, Total profite de la hausse du pétrole et gagne 0,73%, tout comme Eni (+1,09%). Technip, plus forte hausse du CAC, grimpe de 1,29%.

A l'inverse, les valeurs bancaires plombent la cote. Plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, Société générale perd 2,44%.

A la hausse également, Finmeccanica avance de 1,57%. Selon le Corriere della Sera, le groupe de défense italien pourrait céder sa très rentable filiale américaine DRS Technologies.

Sur le marché des changes, les déclarations du gouverneur de la Banque d'Angleterre ont propulsé la livre sterling non loin d'un plus haut de cinq ans face au dollar et à un plus haut d'un an et demi face à l'euro.

Mark Carney a déclaré jeudi que les taux d'intérêt britanniques pourraient être relevés plus tôt que ne l'anticipent les marchés et il s'est dit inquiet de l'assouplissement des règles d'octroi de prêts hypothécaires.

Fitch Ratings a confirmé vendredi la note AA+ de la Grande-Bretagne, assortie d'une perspective stable, en évoquant des tendances macroéconomiques favorables, en particulier une forte croissance du PIB, une baisse du chômage et une inflation proche de l'objectif de 2%.

En Allemagne, l'inflation harmonisée aux normes européennes est ressortie à 0,3% en mai sur le mois et à 0,6% en variation annuelle, des chiffres confirmant la première estimation.

La série d'indicateurs chinois publiés vendredi matin étaye par ailleurs l'hypothèse d'une stabilisation de l'économie.

Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below