Wall Street finit en baisse, inquiétudes sur l'Irak

jeudi 12 juin 2014 22h35
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi, inquiète de la montée des violences en Irak et déprimée par des indicateurs économiques américains inférieurs aux attentes des économistes.

L'indice Dow Jones a cédé 109,69 points, soit 0,65%, à 16.734,19 et le S&P-500, plus large, a perdu 13,78 points (0,71%) à 1.930,11.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 34,30 points ou 0,79% à 4.297,63.

Les indices, orientés à la baisse depuis le matin en réaction aux statistiques économiques, ont touché des plus bas du jour dans l'après-midi lorsque le président Barack Obama a dit ne rien exclure pour pour aider le gouvernement irakien face à l'offensive des djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui progressent vers Bagdad après avoir pris mardi la deuxième ville du pays, Mossoul.

La Maison blanche a ensuite clarifié les propos du président en soulignant qu'il faisait référence au fait de ne pas exclure de frappes aériennes, mais qu'il n'était pas envisagé d'envoyer des troupes au sol.

"Les inquiétudes géopolitiques ont repris le dessus et il semble que les choses évoluent très vite", observe Timothy Ghriskey, chez Solaris Asset Management à New York.

L'indice Vix du CBOE, qui mesure la volatilité du marché et fait office à ce titre de "baromètre de la peur", a bondi de 9% en réaction à la petite phrase de Barack Obama avant de finir la séance en hausse de 7,6% à 12,48 points.

Sur le front macroéconomique, les ventes au détail ont progressé de seulement 0,3% en mai, moitié moins que ce qu'attendaient les économistes, et les demandes d'allocations chômage ont augmenté la semaine dernière alors qu'elles étaient prévues en baisse.

Bien qu'inférieures aux attentes, ces statistiques ne remettent toutefois pas en cause la thèse de l'amélioration des conditions économiques, soulignent des professionnels en notant aussi que le marché était mûr pour une correction après son parcours récent.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS