Pas de défiance des clients de la BNP malgré le risque d'amende

mardi 10 juin 2014 11h23
 

PARIS (Reuters) - La clientèle de particuliers de BNP Paribas ne montre pas de signe de défiance vis-à-vis de la première banque cotée française malgré le risque d'une lourde amende aux Etats-Unis, a déclaré mardi la directrice de l'activité banque de détail du groupe en France, Marie-Claire Capobianco, sur BFM Business.

BNP Paribas est accusé par la justice américaine d'avoir financé des opérations en dollars avec des pays sous embargo américain, tels que l'Iran. Selon des sources proches du dossier, la pénalité pourrait atteindre dix milliards de dollars (7,3 milliards d'euros). La banque pourrait aussi se voir interdire temporairement de régler des transactions en dollars, dit-on de mêmes sources.

"Je vous le dis les yeux dans les yeux, pas de fermetures de comptes", a répondu Marie-Claire Capobianco à une question sur la réaction que le risque d'amende suscitait parmi la clientèle.

Le produit net bancaire de l'activité de détail de BNP Paribas est ressorti à 1,7 milliard d'euros au premier trimestre, soit 30% du revenu total du groupe.

"Du côté de nos clients, le sentiment dominant, ce sont les témoignages de soutien, de solidarité, de sympathie", a-t-elle ajouté. "Bien sûr, il y a des questions (...) simplement comment les choses vont se passer (...) Quand on vit des moments plus compliqués, on rebondit encore mieux après."

La BNP a déclaré il y a plusieurs semaines être en discussion avec les autorités américaines au sujet de "certains paiements en dollars US impliquant des Etats ou des personnes morales ou physiques qui pouvaient être soumises à des sanctions économiques édictées par les lois des Etats-Unis".

Elle a informé ses actionnaires que la pénalité qu’elle pourrait devoir payer pourrait "excéder très significativement" une provision de 1,1 milliard de dollars constituée fin 2013. Elle dit aussi avoir fait évoluer son dispositif de contrôle pour s'assurer qu’une telle situation ne se reproduise pas.

(Maya Nikolaeva, Gilles Guillaume pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

 
La clientèle de particuliers de BNP Paribas ne montre pas de signe de défiance vis-à-vis de la première banque cotée française malgré le risque d'une lourde amende aux Etats-Unis, selon la directrice de l'activité banque de détail du groupe en France, Marie-Claire Capobianco. BNP Paribas est accusé par la justice américaine d'avoir financé des opérations en dollars avec des pays sous embargo américain, tels que l'Iran.  /Photo prise le 30 mai 2014/REUTERS/Charles Platiau