Euronext détaille son IPO, espère lever jusqu'à 1,16 milliard

mardi 10 juin 2014 16h03
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Euronext a détaillé mardi les modalités de son introduction en Bourse (IPO), prévue le 20 juin sur plusieurs places financières européennes, qui devrait valoriser l'opérateur boursier jusqu'à 1,75 milliard d'euros et lui permettre de lever entre 880 millions et 1,158 milliard d'euros.

L'opérateur a également présenté une stratégie destinée à dégager un taux de croissance annuel moyen du chiffre d'affaires à moyen et long terme d'environ 5% et une marge de résultat avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) à moyen et long terme d'environ 45%, contre 42% actuellement.

"Notre rôle de soutien à l'économie réelle européenne sera renforcé par notre indépendance", a estimé Dominique Cerutti, directeur général d'Euronext, cité dans un communiqué.

"Nous pensons être bien positionnés pour développer nos marchés en Europe en optimisant des activités jusqu'alors sous-exploitées et en nous repositionnant en tant que leader dans la levée de fonds sur les marchés."

Euronext a indiqué qu'il émettrait jusqu'à 42,1 millions d'actions, soit jusqu'à 60,15% du capital, à un prix unitaire compris entre 19 et 25 euros. La valorisation maximale de l'opération implique l'exercice complet de l'option de surallocation d'un maximum de 10%.

En projetant les résultats du premier trimestre d'Euronext, un bénéfice net de 36 millions de dollars, la fourchette de prix d'introduction de 19 à 25 euros par titre valorise l'entreprise entre 12,5 et 16,4 fois ses bénéfices pour cette année (PE), contre un PE de, respectivement, 17,9 pour le LSE et 14,8 pour Deutsche Börse, selon des calculs de Thomson Reuters.

"D'AUTRES MARQUES D'INTÉRÊT"   Suite...

 
Euronext espère lever jusqu'à 1,16 milliard d'euros dans le cadre de son introduction en Bourse (IPO) prévue le 20 juin et qui devrait valoriser l'opérateur boursier jusqu'à 1,75 milliard d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson