Vivarte trouve un accord avec une partie de ses créanciers

mercredi 4 juin 2014 17h42
 

PARIS (Reuters) - Le groupe d'habillement Vivarte a annoncé mercredi être parvenu à un accord sur la restructuration de sa dette avec un groupe de douze de ses créanciers détenant plus de la moitié de sa dette.

L'entreprise, propriétaire de La Halle aux Vêtements, Naf Naf, Kookaï ou André, explique dans un communiqué que cet accord permettra de réduire sa dette de deux milliards d'euros via la conversion de créances en capital, les prêteurs devenant actionnaires de la société à l'issue du processus de restructuration.

Le groupe de créanciers, dont font notamment partie les fonds Alcentra, OakTree, Canyon ou encore GLG Partners, se sont également engagés à injecter 500 millions d'euros d'argent frais dans l'entreprise, conformément au plan de développement qui leur avait été présenté par son PDG, Marc Lelandais.

Ce schéma était présenté mercredi à l'ensemble des prêteurs qui devront se prononcer par un vote courant juin.

"Cette solution doit absolument être approuvée par 100% des créanciers. C'est compliqué parce que vous avez 170 créanciers", dit une source proche des négociations.

Plombé par une dette de 2,8 milliards d'euros, Vivarte réclamait à ses créanciers un abandon de dettes de quelque 2,3 milliards d'euros et avait annoncé le 9 mai avoir reçu cinq offres de restructuration de sa dette, ouvrant la voie à une possible reprise du géant français de l'habillement.

Vivarte avait suspendu ses remboursements et s'était engagé en mars dernier dans une procédure de conciliation avec un administrateur judiciaire afin de trouver un accord.

Si le projet est approuvé par les créanciers, il permettrait à l'entreprise de ramener sa dette à 800 millions d'euros contre 2,8 milliards actuellement.

  Suite...

 
Le groupe d'habillement Vivarte a annoncé mercredi être parvenu à un accord sur la restructuration de sa dette avec un groupe de douze de ses créanciers détenant plus de la moitié de sa dette. L'entreprise, propriétaire de La Halle aux Vêtements, Naf Naf, Kookaï ou André, explique que cet accord permettra de réduire sa dette de deux milliards d'euros via la conversion de créances en capital. /Photo d'archives/  REUTERS/Vincent Kessler