Christofle mise sur le bijou pour doper sa croissance

mercredi 4 juin 2014 16h41
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Christofle, diversifié dans la bijouterie depuis 2005, mise sur ce segment d'activité en pleine croissance pour doper ses ventes, le marché des arts de la table, son métier historique, restant difficile.

L'orfèvre parisien, qui réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros, a été touché, comme ses concurrents Puiforcat (groupe Hermès) ou les cristalleries Baccarat, par le déclin des arts de la table entamé dans les années 1970 et lié à l'évolution des moeurs.

Les habitudes sont moins formelles, les listes de mariage font une place moins importante aux couverts et autres plats en argent et la clientèle aime davantage les mélanges des genres.

"Le marché reste difficile", a déclaré à Reuters Thierry Oriez, président de Christofle, lors d'une interview, ajoutant cependant que Christofle était "en croissance et à l'équilibre".

La maison est en phase de stabilisation en France, où elle réalise 25% de ses ventes, et elle progresse à l'international, notamment aux Etats-Unis (23% des ventes) et en Asie.

Pour dynamiser ses ventes - Christofle réalise la moitié de son chiffre d'affaires avec les arts de la table - elle mise sur sa diversification dans les objets de décoration, les accessoires et les bijoux.

"SILVEREVER"   Suite...

 
Christofle, l'orfèvre parisien diversifié dans la bijouterie depuis 2005, mise sur ce segment d'activité en pleine croissance pour doper ses ventes, le marché des arts de la table, son métier historique, restant difficile. /Photo d'archives/REUTERS/Jonathan Ernst