Pékin, inquiet pour le PIB, accélère les dépenses

jeudi 29 mai 2014 14h56
 

PÉKIN (Reuters) - Les autorités chinoises s'emploient à épargner au pays un ralentissement économique encore plus prononcé, estiment des analystes, se fondant sur le fait que Pékin presse les régions d'accélérer leurs dépenses dans le mois qui vient pour doper l'activité.

Le ministère des Finances a dit mercredi que les gouvernements régionaux risquaient de perdre les financements budgétaires de 2014 qui n'auront pas été affectés d'ici la fin juin et que les dépenses affectées à certains projets pourraient être mobilisés par avance pour stimuler l'activité économique.

Cette décision d'accélérer les dépenses, mais non de les augmenter, fait suite à d'autres mesures de soutien à l'économie prises à la suite de statistiques médiocres qui font craindre que la croissance ne soit inférieure aux objectifs pour la première fois en 15 ans.

"Il apparaît de plus en plus que le Premier ministre Li Keqiang est sans doute plus engagé dans cet objectif de 7,5% de croissance que ne l'espéraient ceux qui voulaient que le gouvernement s'accommode d'une croissance moins soutenue", expliquent des analystes de Barclays Capital.

Une enquête Reuters montre que les analystes anticipent une croissance annuelle de 7,3% au deuxième trimestre après un plus bas de 18 mois de 7,4% le trimestre précédent. Ils prévoient une croissance de 7,3% pour l'ensemble de 2014, la plus faible en 24 ans.

Li Keqiang avait dit qu'une croissance un peu inférieure à l'objectif ne serait pas un problème. Mais il a déclaré la semaine dernière qu'il existait des pressions relativement fortes sur la croissance et qu'en conséquence il fallait ajuster les politiques économiques.

De fait, des analystes expliquent qu'une mobilisation lente des dépenses budgétaires explique en partie certains freins économiques cette année.

"Nous devons également prendre conscience que la situation à laquelle nous sommes confrontés chez nous et à l'extérieur reste compliquée et que les pressions baissières sur la croissance économique existent toujours; en conséquence, nous ne devons pas sous-estimer certaines difficultés", observe le ministère des Finances.

Les responsables chinois excluent tout coup de pouce budgétaire d'ampleur, se disant engagés dans des réformes structurelles ayant pour but d'orienter l'économie vers une croissance plus lente mais plus durable.   Suite...

 
Chantier de construction d'une nouvelle gare ferroviaire en Chine, dans la ville de Hefei. Les autorités chinoises s'emploient à épargner au pays un ralentissement économique encore plus prononcé, estiment des analystes, se fondant sur le fait que Pékin presse les régions d'accélérer leurs dépenses dans le mois qui vient pour doper l'activité. /Photo prise le 6 mai 2014/REUTERS