Accor pourrait envisager de se scinder en deux à terme

mardi 27 mai 2014 08h47
 

par Cyril Altmeyer et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Accor pourrait réfléchir à la scission de son pôle immobilier d'ici deux ou trois ans, a déclaré son PDG Sébastien Bazin à Reuters, tout en affirmant que sa priorité du moment était d'améliorer la fidélité de ses clients, notamment les touristes chinois, de plus en plus nombreux à travers le monde.

A la tête d'Accor depuis neuf mois, Sébastien Bazin a créé deux pôles distincts, un gestionnaire d'actifs immobiliers comparable à l'américain Host Hotels & Resort ou Foncière des Murs et un exploitant d'hôtels concurrent de Marriott et Intercontinental.

C'est par son pôle immobilier, HotelInvest, que le numéro quatre mondial de l'hôtellerie en termes de chiffre d'affaires a annoncé mardi le rachat de 97 murs d'hôtels en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suisse pour environ 900 millions d'euros.

Les deux pôles ont des comptes séparés pour plus de transparence depuis le 1er janvier, mais de là à en faire des entités juridiques distinctes, il n'y a qu'un pas que Sébastien Bazin ne veut pas franchir pour l'instant.

Il dit s'être donné "entre deux et trois ans" pour rendre HotelInvest aussi performant que ses pairs.

"Après cela, on se posera les questions s'il y en a", a-t-il ajouté. "Je n'ai jamais aucun tabou sur rien."

Sébastien Bazin a rejoint la direction d'Accor en avril 2013 après l'éviction du PDG Denis Hennequin, avant d'être lui-même nommé PDG fin août. Il avait auparavant dirigé le pôle européen de Colony Capital, premier actionnaire d'Accor avec Eurazeo, avec un total de 21% du capital.

Dans les années 2000, Colony avait tenté, en vain, de pousser Carrefour à vendre ses murs.   Suite...

 
Dans une interview à Reuters, Sébastien Bazin, le PDG d'Accor, explique que le n°4 mondial de l'hôtellerie pourrait réfléchir à la scission de son pôle immobilier d'ici deux ou trois ans. /Photo prise le 26 mai 2014/REUTERS/Charles Platiau