Les parfumeurs se préparent au durcissement de la réglementation

dimanche 25 mai 2014 13h50
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - La future réglementation européenne sur les parfums qui devrait entrer en vigueur d'ici la fin de l'année oblige l'industrie à reformuler nombre de jus sans pour autant provoquer le séisme redouté par la profession.

La Commission européenne, saisie en 2012 par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC), a durci la réglementation en optant pour l'interdiction de certains ingrédients et pour une extension des règles d'étiquetage visant à protéger les consommateurs des risques d'allergies.

En préconisant d'interdire deux molécules présentes dans les extraits de mousse de chêne ainsi que l'extrait synthétique de muguet (HICC), elle est allée beaucoup moins loin que ce que prônait le comité scientifique, à savoir l'interdiction pure et simple de ces mousses qui apportent aux jus leurs notes boisées et permettent de les fixer dans le temps.

La mousse de chêne est utilisée dans des parfums aussi emblématiques que le N°5 de Chanel, qui reste le plus vendu au monde, ou que Miss Dior (groupe LVMH), autre jus du patrimoine de la parfumerie française.

Les parfumeurs pourront continuer à utiliser les extraits de mousses, à condition qu'ils soient filtrés pour éliminer les molécules incriminées, à savoir l'atranol et le chloroatranol.

Cette réglementation "peut impacter de façon importante les parfums dans lesquels le taux de mousses atteint 3% ou 4% du concentré", commente Richard Fraysse, parfumeur de Caron.

Mais les parfumeurs, qui ont anticipé la difficulté, travaillent à de nouvelles formules depuis plus d'un an, ajoute-t-il, précisant que d'autres produits peuvent être utilisés en remplacement, comme le bois de cèdre.

  Suite...

 
La future réglementation européenne sur les parfums qui devrait entrer en vigueur d'ici la fin de l'année oblige l'industrie à reformuler nombre de jus sans pour autant provoquer le séisme redouté par la profession. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard