Pas d'embellie en vue dans le climat des affaires

jeudi 22 mai 2014 12h07
 

PARIS (Reuters) - Le deuxième trimestre s'annonce encore difficile pour l'économie française après sa stagnation des trois premiers mois de 2014, les entreprises interrogées par l'Insee comme par Markit en mai n'entrevoyant aucune amélioration de la conjoncture.

L'Insee fait état ainsi jeudi d'un climat des affaires globalement stable ce mois-ci en France, toujours en net retrait par rapport à sa moyenne de longue période, avec en outre une légère dégradation dans l'industrie comme dans les services.

Markit fait le même constat avec des indicateurs pour mai qui signalent dans leur version préliminaire une petite contraction de l'activité dans ces deux secteurs après deux mois de croissance.

La médiocrité des chiffres français contraste avec la solidité de ceux de l'Allemagne et de l'ensemble de la zone euro qui, selon Markit, connaît une de ses plus fortes poussées de croissance depuis trois ans.

"Ces indicateurs ne sont pas bons. Il faudra attendre les chiffres de la consommation des ménages et de la production industrielle mais ils n'augurent pas d'une accélération de la croissance au deuxième trimestre", déclare Fabrice Montagne, économiste de la banque Barclays.

L'indicateur global est ressorti à 94, inchangé par rapport à avril, et stagne dans la 94-95 pour le neuvième mois consécutif alors que sa moyenne de long terme se situe à 100. Par secteurs, celui de l'industrie manufacturière a perdu un point à 99. Celui des services, plus dégradé, a reculé de même d'un point à 90.

Dans l'industrie, l'opinion des chefs d'entreprises interrogés par l'Insee est en nette hausse (+8 points) sur leur activité passée, ce qui devrait se traduire par de bons chiffres de production pour avril et mai, souligne Fabrice Montagne.

RECUL DES CARNETS DE COMMANDES   Suite...

 
LE CLIMAT DES AFFAIRES