Discussions sur la création d'un géant du tabac aux Etats-Unis

jeudi 22 mai 2014 07h50
 

NEW YORK (Reuters) - Reynolds American Inc est en discussions pour racheter Lorillard Inc et former ainsi un puissant concurrent au numéro un américain Altria, a-t-on appris mercredi de sources proches de la situation.

L'opération, à un stade déjà avancé, se traduirait par l'association du numéro deux et du numéro trois américain du tabac et réunirait des marques comme Camel, apporté par Reynolds, et Newport, détenu par Lorillard, capable de concurrencer Altria, le propriétaire de Marlboro.

Les sociétés finalisent un accord qui pourrait être annoncé dans les semaines à venir, mais les discussions pourraient durer plus longtemps en raison de la complexité de la structure de l'opération, ont dit les sources.

Reynolds, détenu à 42% par British American Tobacco, a une capitalisation boursière autour de 31 milliards de dollars tandis que celle de Lorillard s'élève à près de 21 milliards.

Aucun représentant de Reynolds et BAT n'a accepté de commenter l'information et personne n'était disponible dans l'immédiat chez Lorillard.

Ces informations ont toutefois fait bondir les cours de Reynolds et Lorillard à Wall Street, où la première s'est adjugé 4,38% tandis que la seconde a bondi de 10,4%.

Pour financer l'opération, Reynolds prévoit d'utiliser ses propres actions, ce qui aurait pour effet de réduire la part que détient BAT dans l'américain.

BAT pourrait dès lors décider d'aider Reynolds à financer la fusion ce qui lui permettrait de maintenir intact son niveau de participation dans l'entité à former, a dit une des sources.

Reynolds, Lorillard et BAT se sont entourés de conseillers financiers pour élaborer une ébauche d'accord et leurs discussions durent déjà depuis plusieurs mois, ont dit les sources qui précisent que les négociations sont encore susceptibles d'échouer.   Suite...

 
Reynolds American Inc est en discussions pour racheter Lorillard Inc et former ainsi un puissant concurrent au numéro un américain du tabac Altria, selon des sources proches de la situation. /Photo prise le 30 avril 2014/REUTERS/Michaela Rehle