19 mai 2014 / 10:54 / il y a 3 ans

Des actionnaires fustigent la stratégie d'AstraZeneca

Le conseil d'administration du groupe pharmaceutique AstraZeneca a pris le risque de s'aliéner une partie de ses actionnaires en rejetant lundi l'offre améliorée proposée par Pfizer d'un montant de 70 milliards de livres (85,9 milliards d'euros). /Photo prise le 28 avril 2014/Luke MacGregor

LONDRES (Reuters) - Le conseil d'administration du groupe pharmaceutique AstraZeneca a pris le risque de s'aliéner une partie de ses actionnaires en rejetant lundi l'offre améliorée proposée par Pfizer d'un montant de 70 milliards de livres (85,9 milliards d'euros).

"Nous sommes extrêmement déçus par la tournure prise par les événements chez Astra", a dit l'un des gestionnaires d'un fonds faisant partie des 10 premiers actionnaires de Pfizer.

AstraZeneca a rejeté lundi une offre améliorée et présentée par Pfizer comme étant "à prendre ou à laisser", de 55 livres par action, soulevant de nombreux doutes sur les chances qu'intervienne un accord final. A la Bourse de Londres, cette annonce est sanctionnée par une chute de 12,79% du titre vers 10h30 GMT.

"Nous ne trouvons pas que la direction d'Astra ait fait du bon travail pour ses actionnaires. Nous avions déjà demandé à Astra d'ouvrir des discussions avec Pfizer", a ajouté le gérant qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat.

Le géant américain, qui avec cette OPA cherche à créer le premier groupe pharmaceutique mondial, s'est heurté à l'opposition frontale de la direction d'AstraZeneca et du monde politique britannique préoccupé par les risques sur l'emploi ainsi que de la communauté scientifique qui craint pour la recherche au Royaume-Uni.

Un autre actionnaire d'AstraZeneca, présent dans le groupe des 40 principaux investisseurs, a dit sa surprise après le rejet de l'offre.

"Je pensais qu'à 55 ils diraient 'ouvrons les livres et discutons', donc je pense qu'un grand nombre d'actionnaires sont déçus."

Un autre actionnaire, Aberdeen Asset Management, un des principaux investisseurs, a jugé de son côté estimé que le groupe américain avait de la marge pour offrir plus que 55 livres par action. "Je pense que c'est un bon prix qu'ils ont mis sur la table mais probablement qu'ils peuvent faire un peu mieux", a déclaré Anne Richards, la directrice des investissements d'AAM, au micro de la BBC.

Chris Vellacott, Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below