Le Portugal sort du plan d'aide mais la reprise reste fragile

vendredi 16 mai 2014 16h17
 

par Axel Bugge et Andrei Khalip

LISBONNE (Reuters) - Au bord de la faillite il y a trois ans, le Portugal s'apprête à sortir samedi du plan de renflouement mis en place par le FMI et l'Union européenne mais le chemin vers une reprise durable s'annonce encore long et sinueux.

Après l'Irlande en décembre, le Portugal deviendra ainsi le deuxième pays de la zone euro à boucler son sauvetage, décidé en 2011.

Avec 78 milliards d'euros d'aides versés, la situation budgétaire portugaise a certes retrouvé des couleurs et les coûts d'emprunts de Lisbonne sont retombés à leur plus bas niveau depuis huit ans.

Mais l'annonce, jeudi, d'une baisse surprise de 0,7% du PIB au premier trimestre a montré les limites d'un plan de redressement essentiellement centré sur les exportations. En réduisant le coût du travail, le Portugal a profité d'une forte hausse de ses exportations mais il est devenu dépendant d'une demande étrangère toujours incertaine.

Cette croissance sporadique illustre également le chemin qu'il reste à parcourir au Portugal avant de s'assurer une reprise économique durable.

La Banque du Portugal a abondé en ce sens jeudi en déclarant que les progrès réalisés depuis trois ans étaient insuffisants et que d'autres réformes étaient nécessaires pour soutenir la croissance et le redémarrage du crédit.

Or la perspective d'élections en 2015 pourrait inciter un gouvernement libéré du contrôle de la "troïka" à repousser ces réformes pour ménager des électeurs fatigués par des mesures d'austérité douloureuses.

Le Portugal, qui avait renoué avec la croissance au deuxième trimestre 2013, souffre en effet encore d'un chômage élevé, à 15,1% sur les trois premiers mois de l'année, même s'il a baissé depuis le pic de 17,5% atteint en 2013.   Suite...

 
Vue de Lisbonne. Au bord de la faillite il y a trois ans, le Portugal s'apprête à sortir samedi du plan de renflouement mis en place par le FMI et l'Union européenne mais le chemin vers une reprise durable s'annonce encore long et sinueux. /Photo prise le 15 mai 2014/REUTERS/Rafael Marchante