La Suède s'oppose au rachat d'AstraZeneca par Pfizer

vendredi 16 mai 2014 12h13
 

par Sven Nordenstam

STOCKHOLM (Reuters) - Des ministres suédois ont engagé vendredi une offensive contre le projet d'OPA de Pfizer sur le laboratoire AstraZeneca dont près de 6.000 salariés se trouvent en Suède, soulignant les risques pour l'emploi et la recherche.

Les ministres des Finances Anders Borg, de l'Industrie Annie Loof et de l'Education Jan Bjorklund ont tous trois jugé que les actionnaires d'AstraZeneca devraient "sérieusement envisager de rejeter" le projet de Pfizer à moins d'être sûrs de son impact.

AstraZeneca, issu d'une fusion anglo-suédoise il y a 15 ans, a rejeté l'offre de Pfizer. Mais le géant américain de la pharmacie a laissé entendre qu'il pourrait relever son offre. Et malgré les réserves des responsables politiques britanniques à ce projet, Astra a dit qu'il serait dans l'obligation d'étudier une offre à bon prix.

Pfizer s'est engagé à conserver pendant cinq ans 20% de ses effectifs employés dans la recherche en Grande-Bretagne, où se trouve le siège d'AstraZeneca, sans en faire un décompte précis.

Parallèlement, le laboratoire américain a annoncé que le budget global de recherche du groupe issu de la fusion serait inférieur à la somme des budgets de chacune des deux sociétés.

Les chiffres laissent penser que la Suède pourrait avoir raison de se méfier.

Pfizer emploie environ 11.000 personnes pour sa recherche dans le monde, tandis qu'AstraZeneca en emploie 9.000. Le total des effectifs des deux groupes au Royaume-Uni est de 3.450, dont 2.600 chez AstraZeneca et 850 chez Pfizer, soit 17,25% de l'ensemble des salariés des deux groupes réunis.   Suite...

 
Des ministres suédois ont engagé vendredi une offensive contre le projet d'OPA de Pfizer sur le laboratoire AstraZeneca dont près de 6.000 salariés se trouvent en Suède, soulignant les risques pour l'emploi et la recherche. /Photo dprise le 28 avril 2014/REUTERS/Darren Staples