Nexans change sa gouvernance, fin du pacte d'actionnaires

jeudi 15 mai 2014 21h14
 

par Gilles Guillaume et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Nexans a annoncé jeudi qu'il dissociait les fonctions de président et de directeur général, comme le réclamait le fonds Amber Capital, et qu'il se prononcerait bientôt sur la demande de son principal actionnaire, Invexans, de résilier l'accord qui le lie à la société.

Le spécialiste français du câble, qui a tenu son assemblée générale annuelle au palais des congrès de Paris, a précisé que l'actuel PDG Frédéric Vincent deviendrait président de la société, et que le directeur général délégué Arnaud Poupart-Lafarge serait directeur général à compter de septembre prochain.

"Cette décision a été prise à la demande de Frédéric Vincent et après recommandation du comité des nominations, des rémunérations et du gouvernement d'entreprise", a précisé Nexans dans un communiqué.

Amber Capital, qui détient 3,70% du capital du groupe selon les données Thomson Reuters, essaie depuis l'an dernier d'obtenir l'éviction de Frédéric Vincent, dont il critique la stratégie, et réclamait pour y parvenir que Nexans modifie sa gouvernance en scindant les fonctions de PDG.

"Nous nous félicitons de ce changement de pied tout à fait inattendu du conseil. Aux actionnaires maintenant de décider", a réagi un porte-parole d'Amber Capital.

Lors de l'assemblée générale, qui s'est finalement déroulée dans le calme, le fonds activiste britannique n'est toutefois pas parvenu à obtenir la tête du PDG de Nexans. Selon un porte-parole de Nexans, une résolution portant sur l'éviction de Frédéric Vincent, ajoutée à la dernière minute à l'ordre du jour à la demande d'Amber Capital, a été rejetée par 65% des votes. Les autres résolutions soumises à l'AG ont toutes été approuvées.

PAS DE PRISE DE CONTRÔLE   Suite...

 
Mis sous pression par un fonds activiste britannique, le spécialiste français du câble Nexans a annoncé jeudi qu'il dissociait les fonctions de président et de directeur général, comme le réclamait Amber Capital, et qu'il se prononcerait bientôt sur la demande de son principal actionnaire, Invexans, de résilier l'accord qui le lie à la société. /Photo d'archives/REUTERS/Victor Fraile