AstraZeneca attentif au prix et aux risques, dit son patron

mercredi 14 mai 2014 18h48
 

par Ben Hirschler

LONDRES (Reuters) - AstraZeneca est prêt à entamer des discussions de fusion avec Pfizer si le prix proposé est correct et si les risques opérationnels sont pris en compte, a déclaré mercredi à Reuters le directeur général du groupe pharmaceutique britannique.

Pascal Soriot, dont la société a jusqu'à présent opposé une fin de non-recevoir au géant américain, a insisté sur la viabilité d'AstraZeneca en tant que groupe indépendant tout en reconnaissant que les actionnaires seraient fondés à attendre du conseil d'administration qu'il négocie avec Pfizer si celui-ci présentait une offre intéressante.

"Chaque actionnaire dit 'au bon niveau et avec une offre appropriée vous devriez y réfléchir', c'est très clair. Mais personne ne nous a dit à quel prix exactement nous devrions engager des discussions", a déclaré Pascal Soriot lors d'une interview accordée à Reuters.

"Si l'offre reflétait la valeur de l'entreprise et répondait également à certaines de nos interrogations sur l'intégration, le modèle de fonctionnement et les risques d'exécution, alors nous devrions très certainement engager des discussions, sans aucun doute," a-t-il déclaré.

La dernière offre de fusion de Pfizer, présentée le 2 mai, propose 50 livres par action pour créer le numéro un mondial de la pharmacie, valorisant AstraZeneca à 106 milliards de dollars (76,6 milliards d'euros).

Le conseil d'AstraZeneca a rapidement rejeté l'offre et Pascal Soriot a affirmé que cette décision faisait l'unanimité chez les actionnaires.

"Pas un seul actionnaire ne nous a dit, à moi ou au directeur financier ou au président, que nous aurions dû accepter l'offre", a déclaré le patron français.

Pascal Soriot, qui assure que le groupe s'en sortirait très bien tout seul grâce à toute une série de nouveaux médicaments prometteurs, n'a toutefois pas fermé totalement la porte à un éventuel rapprochement.   Suite...

 
Le directeur général d'AstraZeneca, Pascal Soriot, déclare dans une interview à Reuters, que le groupe pharmaceutique britannique est prêt à entamer des discussions de fusion avec Pfizer si le prix proposé est correct et si les risques opérationnels sont pris en compte. /Photo prise le 14 mai 2014/REUTERS/Luke MacGregor