Le ralentissement de l'économie chinoise se confirme en avril

mardi 13 mai 2014 11h23
 

PÉKIN (Reuters) - Les chiffres de l'investissement, des ventes de détail et de la production industrielle ont été inférieurs aux attentes en Chine au mois d'avril, confirmant le ralentissement de la deuxième économie du monde malgré les efforts des autorités pour l'endiguer.

La production industrielle chinoise a progressé de 8,7% sur un an en avril, soit sa plus faible croissance en cinq ans et un rythme plus lent que celui prévu par les économistes, qui escomptaient en moyenne une hausse de 8,9%, montrent les données publiées mardi par le Bureau national des statistiques.

Les investissements en actifs immobilisés, l'un des principaux moteurs de la croissance, ont progressé pour leur part de 17,3% sur les quatre premiers mois de l'année par rapport à la même période un an plus tôt. Ce chiffre, moins bon que prévu, est le plus faible pour cet indicateur depuis décembre 2001.

Certains analystes mettent déjà en doute l'efficacité de la politique économique du gouvernement chinois, qui s'est fixé comme objectif une croissance du produit intérieur brut de 7,5% cette année.

"La grande question est de savoir si le gouvernement prendra des mesures suffisantes pour freiner le ralentissement", estime ainsi Wei Yao, économiste à la Société Générale à Hong Kong.

"Le chiffre le plus inquiétant est celui des investissements en actifs immobilisés", ajoute-t-il. "Le chiffre indique en fait que les efforts du gouvernement pour stimuler l'investissement ne parviennent pas pour l'instant à compenser le retournement de l'immobilier".

LE MARCHÉ DU LOGEMENT SOUFFRE

Autre donnée préoccupante, les ventes au détail ont progressé de 11,9% sur un an en avril, leur plus faible croissance depuis cinq ans et un chiffre là encore inférieur aux prévisions.   Suite...

 
Usine automobile à Hefei. La production industrielle chinoise a progressé de 8,7% en avril sur un an, un chiffre inférieur aux attentes des économistes. /Photo prise le 15 mars 2014/REUTERS