La Cour des comptes épingle Areva et les années Lauvergeon

lundi 12 mai 2014 22h55
 

PARIS (Reuters) - La Cour des comptes fait le procès de la présidence d'Areva, groupe phare de la filière nucléaire française, par Anne Lauvergeon pendant les années 2006-2011 dans un pré-rapport dont le journal Les Echos publie mardi de larges extraits.

Tout y passe, de la stratégie générale d'Areva qualifiée de "fuite en avant" à la rémunération des dirigeants, en passant par la commercialisation du réacteur EPR et l'affaire Uramin -objet d'une enquête préliminaire.

"Un certain nombre de difficultés du groupe (...) dans la période antérieure à 2012, proviennent avant tout de la forte personnalité de la présidente du directoire", lit-on dans un des extraits publiés par Les Echos.

Deux ans après son départ d'Areva en 2011, Anne Lauvergeon s'est vue confier en 2013 par le gouvernement la présidence de la commission "Innovation 2030", chargée de repérer et aider les champions industriels de la France de demain.En avril 2014, elle est devenue présidente du conseil d'administration de SIGFOX, PME de 60 personnes spécialisée dans les infrastructures pour les objets connectés. Elle occupe aussi des postes d'administratrice dans plusieurs sociétés.

Elle n'a pas pu être contactée lundi soir. Interrogé, Areva, dont l'Etat français détient directement ou indirectement près de 87% du capital, n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

La Cour des comptes ne se borne pas à la période Lauvergeon mais s'étend aussi à l'organisation actuelle de sa gouvernance, jugée responsable de choix aujourd'hui critiqués.

"Dans le schéma actuel de gouvernance, le directoire a pu prendre seul la décision de signer le contrat de l'EPR finlandais OL3, source d'une perte de plus de trois milliards d'euros pour Areva", lit-on dans le document.

La Cour estime à ce propos qu'"on ne peut plus croire" à une livraison du réacteur en 2014, comme Areva le promet toujours publiquement après plusieurs reports.

C'est avant 2012 que la transformation en société à conseil d'administration "aurait été la plus utile", ajoute la Cour, qui juge cependant le sujet toujours d'actualité.   Suite...

 
La Cour des comptes fait le procès de la présidence d'Areva, groupe phare de la filière nucléaire française, par Anne Lauvergeon (photo) pendant les années 2006-2011 dans un pré-rapport que s'est procuré le quotidien Les Echos. /Photo d'archives/REUTERS/Issei Kato