Allianz défend Pimco, sa filiale américaine déstabilisée

mercredi 7 mai 2014 15h26
 

par Jonathan Gould

MUNICH (Reuters) - Allianz, le premier assureur d'Europe, a pris mercredi la défense de sa filiale américaine de gestion d'actifs Pimco, faute de parvenir à endiguer les retraits de capitaux dont souffre cette dernière.

Le groupe allemand s'est vu reprocher par certains de ses investisseurs une supervision déficiente de Pimco, le premier investisseur obligataire du monde avec près de 2.000 milliards de dollars (1.435 milliards d'euros) d'actifs.

La filiale s'est illustrée ces derniers mois par des rendements décevants (-1,9% en 2013, sa première baisse depuis 1999, selon Morningstar) et le départ de son directeur général, Mohamed El-Erian, en froid avec le cofondateur Bill Gross.

Mais devant l'assemblée générale réunie à Munich, le président du directoire d'Allianz, Michael Diekmann, a appelé les investisseurs à privilégier les perspectives à long terme, soulignant que Pimco avait affiché des rendements supérieurs à ceux de bon nombre de ses rivaux au cours de la majeure partie du dernier quart de siècle.

"Il n'y a vraiment aucune raison de nous soumettre à la question ou d'avoir peur de la fin du monde", a-t-il dit.

Il a ajouté que les clients de Pimco étaient satisfaits de la création par Pimco d'une nouvelle équipe de six directeurs adjoints des investissements chargée d'épauler Bill Gross après le départ de Mohamed El-Erian.

"Les responsabilités au sein de Pimco ont été redistribuées et clairement organisées", a-t-il expliqué. "Elles reposent désormais sur un plus grand nombre d'épaules."

Pimco a enregistré depuis un an 55 milliards de dollars de sorties de capitaux de son fonds vedette, le Pimco Total Return Fund, supervisé par Bill Gross.   Suite...

 
Allianz, le premier assureur d'Europe, a pris mercredi la défense de sa filiale américaine de gestion d'actifs Pimco, faute de parvenir à endiguer les retraits de capitaux dont souffre cette dernière. /Photo prise le 7 mai 2014/REUTERS/Michael Dalder