Siemens annonce un résultat décevant au 2e trimestre

mercredi 7 mai 2014 20h09
 

par Noah Barkin

BERLIN (Reuters) - Siemens n'entend pas se faire forcer la main pour soumettre une offre sur les actifs énergétiques d'Alstom, après avoir dévoilé mardi soir un plan stratégique très attendu afin de faire jeu égal avec ses concurrents plus rentables.

Le président du directoire Joe Kaeser préparait cette restructuration depuis sa prise de pouvoir l'été dernier, à la suite de l'éviction de son prédécesseur Peter Löscher consécutive à plusieurs avertissements sur les résultats.

Avant qu'il ne présente ses projets sur le site historique "Siemensstadt" de Berlin, le conglomérat a publié mercredi un bénéfice plus faible que prévu au deuxième trimestre, en raison de charges dans le segment énergie, ainsi qu'une série d'accords de moindre ampleur.

Siemens a confirmé mardi soir le rachat des activités d'énergie de Rolls Royce pour un montant d'environ 950 millions d'euros.

Il a également transféré une participation majoritaire de sa filiale autrichienne de métaux au japonais Mitsubishi Heavy Industries avec lequel il a noué un accord de coentreprise dans le fer, l'acier et l'aluminium, la nouvelle entité devenant opérationnelle à partir de janvier 2015.

La réorganisation dite "Vision 2020" prévoit une structure segmentée en neuf divisions au lieu de 16, tandis que les activités de santé seront gérées séparément et celle des prothèses auditives sera introduite en Bourse.

"Le point principal est de saisir l'ampleur et l'intention définitive de cette séparation de la santé", a dit Ben Uglow, analyste de Morgan Stanley. "Même si ce n'est pas en soi une véritable scission légale, ça en prend pourtant le chemin".

Interrogé sur l'avenir de la branche santé, Kaeser a vanté ses performances et bien précisé qu'une scission n'était pas à l'ordre du jour à court terme.   Suite...

 
Le président du directoire de Siemens, Joe Kaeser. Le conglomérat allemand vu son bénéfice opérationnel progresser de 16% -une hausse inférieure aux attentes - au deuxième trimestre de son exercice décalé, sous le coup de charges dans sa branche énergie. /Photo prise le 7 mai 2014/REUTERS/Thomas Peter