L'OCDE voit le déficit de la France tout proche de 3% en 2015

mardi 6 mai 2014 11h13
 

PARIS (Reuters) - La France devrait ramener en 2015 son déficit public tout près de l'objectif de 3% du PIB malgré une croissance économique inférieure aux attentes du gouvernement, estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans ses prévisions de printemps publiées mardi, l'institution anticipe un déficit public de 3,1% du produit intérieur brut l'an prochain sur la base d'une croissance de 1,5% de ce dernier agrégat, là où la France prévoit 3,0% de déficit et 1,7% de croissance.

La Commission européenne, dans ses prévisions actualisées lundi, table de son côté pour la France en 2015 sur un scénario de croissance du PIB identique mais un déficit public sensiblement plus élevé, 3,4%.

Confrontée au risque de sanctions de l'UE, qui lui a déjà octroyé un délai de deux ans, jusqu'en 2015, pour ramener ses déficits dans les clous du pacte de stabilité, la France a confirmé lundi l'objectif de 3,0% pour l'an prochain.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a fait valoir que les économistes de la Commission, qui n'y croient pas pour l'instant, n'avaient que partiellement pris en compte dans leurs estimations les économies prévues dans le programme de stabilité 2014-2017 voté la semaine passée par le Parlement.

Ce programme, sur lequel l'exécutif européen se prononcera le 2 juin, prévoit un rythme de consolidation budgétaire un peu moins prononcé que le précédent, avec un déficit ramené cette année à 3,8%, contre 4,3% en 2013, puis 3,0% en 2015.

PAS D'EMBELLIE SUR L'EMPLOI AVANT FIN 2015

L'OCDE valide la première partie du scénario, même si elle a revu en légère baisse, à 0,9% contre 1,0% auparavant, sa prévision de croissance du PIB 2014.   Suite...

 
L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) voit la France ramener son déficit public en 2015 tout près de l'objectif de 3% du PIB malgré une croissance économique inférieure aux attentes du gouvernement. /Photo prise le 10 mars 2014/REUTERS/Jacky Naegelen