Wall Street finit en hausse avec la Fed, record du Dow Jones

mercredi 30 avril 2014 22h31
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère hausse mercredi grâce à la Réserve fédérale qui, après avoir comme prévu réduit une nouvelle fois son programme d'assouplissement quantitatif, s'est montrée plutôt optimiste sur les perspectives de croissance de l'économie américaine.

L'indice Dow Jones a gagné 0,27%, soit 45,47 points, à 16.580,84 points, ce qui constitue un nouveau record de clôture. Le S&P-500, plus large, a pris 5,62 points, soit 0,30%, à 1.883,95 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 11,01 points (+0,27%) à 4.114,56 points.

Sur l'ensemble du mois, le Dow a gagné 0,7% et le S&P 0,6%, mais le Nasdaq a cédé 2%.

A l'issue de sa réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la Fed a décidé à l'unanimité de ramener le montant mensuel de ses rachats d'actifs obligataires à 45 milliards de dollars et de laisser son taux directeur inchangé à un niveau proche de zéro.

Malgré un produit intérieur brut (PIB) très nettement inférieur aux attentes, la Fed est donc bien partie pour mettre un terme à son troisième programme d'assouplissement quantitatif ("QE3") d'ici le mois d'octobre.

L'économie américaine a fait du surplace au premier trimestre, avec une croissance limitée à 0,1%, soit la progression la plus faible du produit intérieur brut depuis le dernier trimestre 2012, mais l'activité économique semble dans les faits déjà repartir.

Ce chiffre annualisé de 0,1%, qui est une première estimation, est nettement inférieur aux prévisions des économistes, qui attendaient 1,2%, et contraste avec le dernier trimestre 2013, marqué par une croissance de 2,6%.

Un hiver extrêmement froid et une moindre accumulation de stocks par les entreprises expliquent en grande partie ce chiffre. L'hiver rigoureux que viennent de vivre les Etats-Unis a eu des conséquences néfastes sur de nombreuses composantes de l'économie comme les investissements des entreprises ou la construction.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS