29 avril 2014 / 05:28 / il y a 3 ans

Hermès, dopé par le Japon, dépasse largement ses pairs

PARIS (Reuters) - Hermès a fait mieux qu‘attendu au premier trimestre, profitant comme ses pairs d‘une envolée de ses ventes au Japon mais se distinguant par de brillantes performances en Chine comme aux Etats-Unis.

Hermès a fait état mardi d'une croissance organique de 14,7% au premier trimestre, dopée notamment par une très forte progression des ventes au Japon avant le relèvement de la TVA intervenue dans le pays début avril. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Le groupe, réputé pour sa résilience grâce à un positionnement très haut de gamme qui échappe aux effets de mode, a accéléré la cadence au premier trimestre avec une croissance organique de 14,7% - supérieure aux attentes des analystes qui tablaient entre 11% et 14% - après 11% au quatrième trimestre 2013 et 12,8% il y a un an.

A changes courants, les ventes ont totalisé 943,5 millions d‘euros (+10,1%).

“Hermès signe un impressionnant début d‘année”, commentent les analystes d‘UBS dans une note.

A ce jour, le sellier signe la meilleure performance du luxe, faisant encore une fois largement mieux que ses pairs. La division mode-maroquinerie de LVMH (Louis Vuitton, Céline ou Fendi) a vu sa croissance organique atteindre 9% grâce au Japon, tandis que celle du pôle luxe de Kering (Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent) est ressortie à 6,3%. et

Comme ses concurrents, Hermès a profité de la hausse de la TVA intervenue au Japon le 1er avril, qui a provoqué une ruée dans les magasins et fait décoller les ventes de 22% dans un pays qui compte pour 12% du chiffre d‘affaires du groupe.

Son gérant, Axel Dumas, a dit s‘attendre à une retombée des ventes au deuxième trimestre dans le pays, mais à un chiffre positif sur l‘ensemble de l‘année.

Mais contrairement à ses pairs, Hermès conserve une très forte croissance en Chine (+16%, après une progression de 19% sur l‘année 2013).

RÉSEAU ENCORE RESTREINT EN CHINE

Le sellier profite d‘une attractivité renforcée par des capacités de production limitées et d‘un réseau de boutiques encore restreint. Le groupe compte 21 magasins en Chine, quand Louis Vuitton en a plus de 50 et Gucci 61.

Hermès s‘est distingué aussi aux Etats-Unis, où il a nettement accéléré le pas (+18%) alors que nombre de ses concurrents, notamment Gucci, invoquant les intempéries, ont vu leur croissance ralentir.

A l‘inverse, sa croissance a ralenti à 8% en Europe, dans un environnement qualifié de “difficile”, sous l‘effet d‘une baisse des flux touristiques. Elle a également faibli en France (+6%).

Les ventes de la maroquinerie, division phare d‘Hermès qui pèse pour plus de 40% de son chiffre d‘affaires, ont grimpé de 15,5%, profitant, aux dires d‘Axel Dumas, de la montée en puissance des capacités de production.

“L‘offre progresse grâce aux deux nouvelles manufactures”, a -t-il dit à Reuters lors d‘une interview téléphonique.

Ailleurs, la croissance organique a atteint 19,1% dans les vêtements et accessoires, 13,6% dans la soie et le textile et 17,2% dans les bijoux et arts de la table.

Seuls les parfums ont signé une hausse à un chiffre, limitée à 5,9%, tandis que l‘horlogerie a signé des ventes tout juste stables (-0,1%), toujours aux prises avec un marché chinois plombé par les mesures anti-corruption prises par Pékin.

Hermès avait dit s‘attendre, en mars dernier, à une légère baisse de ses marges en 2014, après avoir vu sa rentabilité atteindre un nouveau record en 2013 grâce à des gains de couverture de change sur le yen.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below