Les Bourses européennes clôturent en hausse, Paris gagne 0,38%

lundi 28 avril 2014 18h09
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse lundi, les manoeuvres de fusions et acquisitions dans le secteur pharmaceutique et des annonces positives de Bayer et de Sanofi l'ayant emporté sur l'impact négatif des tensions en Ukraine et du contrecoup pour les entreprises de sanctions contre la Russie.

À Paris, le CAC 40 a pris 0,38% à 4.460,53 points, après être monté jusqu'à 4.477 points en séance. Le Dax a progressé de 0,48% à Francfort et le FTSE de 0,22% à Londres, également sous leurs plus hauts du jour.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a gagné 0,59% et l'Eurofirst 300 0,23%.

En Europe, l'indice de la santé a affiché la meilleure performance sectorielle avec une hausse de 1,6%. Vedette du jour, AstraZeneca a bondi de 14,4% à Londres, dans de gros volumes, après une nouvelle approche de Pfizer qui est prêt à débourser quelque 100 milliards de dollars pour racheter le laboratoire anglo-suédois, sans succès jusqu'ici.

A la veille de la publication de ses comptes trimestriels, Sanofi a gagné 1,30% à Paris après avoir annoncé des résultats positifs pour la première étude mondiale d'efficacité à large échelle d'un vaccin contre la dengue

A la chimie, Bayer s'est adjugé 3,3%, meilleure performance de l'EuroStoxx 50 et du Dax à Francfort, en réaction à des résultats supérieurs aux attentes. L'indice sectoriel européen de la chimie a gagné 0,8% dans la foulée, deuxième meilleure performance sectorielle.

Plus forte hausse du CAC, Bouygues (+2,02%) est resté recherché alors que les tractations se poursuivent sur l'avenir d'Alstom, à la cotation toujours suspendue et dont le groupe de BTP et de communication détient 29%. Le président François Hollande a reçu lundi matin des représentants de General Electric et devait rencontrer en début de soirée ceux de Siemens afin d'obtenir des engagements des deux prétendants au rachat de la branche énergie du groupe français en voie de démantèlement.

L'arrivée de Siemens dans ce dossier pendant le week-end est apparemment mal vue des investisseurs qui ont sanctionné le titre d'un recul de 2,48%, la plus forte baisse de l'EuroStoxx 50 et du Dax.

Autre baisse sensible, BP a lâché 1% après l'annonce de sanctions américaines visant la compagnie pétrolière russe Rosneft, dont le groupe britannique détient 19,75%. Rosneft de son côté a cédé 1,7% mais la Bourse de Moscou a gagné 1,5% dans une réaction de soulagement, aucun autre groupe coté n'étant visé par ces nouvelles mesures.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES