Pfizer cherche à racheter AstraZeneca, qui refuse

lundi 28 avril 2014 15h07
 

par Ben Hirschler

LONDRES (Reuters) - Le géant pharmaceutique américain Pfizer réfléchit à son prochain coup pour s'emparer d'AstraZeneca après avoir été éconduit à deux reprises par son concurrent anglo-suédois, sur fond de vaste concentration dans le secteur.

Pfizer a révélé lundi avoir soumis au début du mois de janvier une proposition de rachat de 58,8 milliards de livres (98,9 milliards de dollars ou 71,5 milliards d'euros) à AstraZeneca, ajoutant qu'une deuxième approche avait été faite le 26 avril.

Malgré un nouveau rejet de l'ouverture de discussions, le titre AstraZeneca continue de caracoler en tête des hausses à Londres, gagnant 16,24% à 47,41 livres à 14h40, de loin la plus forte hausse de l'indice Stoxx 50, après un record à 47,92. De son côté, l'indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes prenait 2,25% tandis qu'à Wall Street, Pfizer progressait de 1,5% en avant-Bourse.

Un éventuel rachat d'AstraZeneca par Pfizer constituerait la plus importante acquisition d'une firme britannique par un groupe étranger et l'une des plus grosses opérations de croissance externe dans l'histoire de la pharmacie.

La semaine dernière, la presse britannique avait rapporté que Pfizer avait mis sur la table 60 milliards de livres sterling.

Dans un communiqué, Pfizer précise qu'AstraZeneca a refusé à chaque fois d'entamer des négociations, le groupe américain soulignant qu'il passe en revue ses options.

Réagissant aux déclarations de Pfizer, AstraZeneca a dit avoir réfléchi à la possibilité d'ouvrir des négociations, tout en précisant avoir jugé que cela n'en valait pas la peine en l'absence de proposition concrète et attrayante.

Il appelle ses actionnaires à ne pas répondre à toute tentative d'approche de Pfizer, disant que la réussite de son plan d'entreprise se traduirait pour eux par une création de valeur "significative".   Suite...

 
Le géant pharmaceutique américain Pfizer cherche toujours à s'emparer d'AstraZeneca après avoir été éconduit à deux reprises par son concurrent anglo-suédois, sur fond de vaste concentration dans le secteur. /Photo prise le 28 avril 2014/REUTERS/Stefan Wermuth