La majorité mobilise avant le vote sur le plan d'économies

dimanche 27 avril 2014 21h23
 

PARIS (Reuters) - La majorité parlementaire s'organise pour contrer la fronde d'une partie des députés socialistes contre le plan d'économies de 50 milliards d'euros du gouvernement français, qui devrait même bénéficier mardi de l'abstention des centristes de droite.

Vingt députés socialistes publient dans le Journal du dimanche une tribune intitulée "Courage, avançons !" pour exhorter les récalcitrants à approuver le programme de stabilité qui sera présenté à la Commission européenne pour ramener le déficit public de la France à 3% du PIB en 2015 et financer les baisses de charges promises aux entreprises.

"Aujourd’hui, la France ne peut plus reculer davantage sans remettre en question les fondements même de sa souveraineté et sans hypothéquer durablement sa croissance. Nous ne pouvons plus reculer", écrivent les signataires.

"Nous voterons mardi le programme de stabilité parce qu’il engage notre souveraineté financière, notre crédibilité politique et notre responsabilité collective", ajoutent-ils.

L'issue du vote de mardi, qui est consultatif mais qui représenterait un séisme pour le gouvernement s'il était négatif, est incertaine, plusieurs dizaines de députés socialistes menaçant de voter contre ce plan d'économies.

Ces derniers jugent que le rythme de réduction des déficits est trop rapide, que l'on peut se contenter de 35 milliards d'économies et que les engagements patronaux en échange d'une baisse des charges sont insuffisantes pour doper l'emploi.

SENS DES RESPONSABILITÉS

Le Premier ministre Manuel Valls a appelé vendredi ses troupes à faire preuve de responsabilité.   Suite...

 
La majorité parlementaire s'organise pour contrer la fronde d'une partie des députés socialistes contre le plan d'économies de 50 milliards d'euros du gouvernement français, qui devrait même bénéficier mardi de l'abstention des centristes de droite. Vingt députés socialistes publient dans le Journal du dimanche une tribune intitulée "Courage, avançons !". /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau