La Russie dégradée par S&P, qui craint l'impact des sanctions

vendredi 25 avril 2014 12h34
 

par Lidia Kelly et Oksana Kobzeva

MOSCOU (Reuters) - Standard & Poor's a annoncé vendredi avoir abaissé la note de la dette souveraine en devises étrangères de la Russie, ajoutant que d'autres déclassements n'étaient pas exclus si l'Occident durcissait encore les sanctions prises contre Moscou en réponse à la crise ukrainienne.

A BBB-, la note de la dette russe en devises n'est désormais plus qu'un échelon au-dessus de la catégorie spéculative ("junk").

Le ministre de l'Economie russe, Alexeï Oulioukaïev, a estimé que des considérations politiques avaient joué dans la décision de S&P.

L'agence avait annoncé il y a plus d'un mois, dans la foulée de l'annexion de la Crimée par la Russie, qu'elle pourrait abaisser la note du pays.

La sortie des capitaux de la Russie s'est accélérée depuis le début des tensions en Ukraine, une évolution qui pèse sur une croissance déjà bien ralentie et qui a contraint la banque centrale russe à soutenir le cours du rouble à coup de milliards de dollars.

D'après Standard & Poor's, avec l'escalade des tensions dans l'est de l'Ukraine, cette sortie de capitaux pourrait encore s'accélérer.

"La situation géopolitique tendue entre la Russie et l'Ukraine pourrait se traduire par de nouvelles et importantes sorties de capitaux, aussi bien russes qu'étrangers, de l'économie du pays, ce qui affaiblira encore des perspectives de croissance déjà dégradées", précise S&P dans un communiqué.

Le produit intérieur brut (PIB) russe a progressé de 0,8% au premier trimestre mais la croissance pourrait tomber à 0,5% seulement sur l'ensemble de cette année.   Suite...

 
A la Bourse de Moscou. Standard & Poor's a abaissé la note de la dette souveraine en devises étrangères de la Russie, ajoutant que d'autres déclassements n'étaient pas exclus si l'Occident durcissait encore les sanctions prises contre Moscou en réponse à la crise ukrainienne. /Photo prise le 14 mars 2014/REUTERS/Maxim Shemetov