Kering stabilise sa croissance au 1er trimestre, Gucci à la peine

jeudi 24 avril 2014 21h12
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering a annoncé jeudi un maintien de sa croissance organique au premier trimestre, marqué par une faiblesse persistante de Gucci, son principal centre de profit, et une amélioration des tendances chez Puma.

Les ventes du groupe, également propriétaire de Bottega Veneta, Saint Laurent ou Volcom, ont totalisé 2,40 milliards d'euros, enregistrant une hausse de 1,2% en données publiées.

A périmètre et taux de change constants, la croissance est ressortie à 4,1%, comme au dernier trimestre de 2013, et dépasse les 3% attendus par les analystes, grâce à l'équipementier sportif Puma, qui a limité le recul de ses ventes à 0,4%, après une baisse de 4,5% au quatrième trimestre 2013.

Très surveillée, la marque Gucci, qui pèse pour près de 65% de la rentabilité opérationnelle de Kering, a vu sa croissance organique grappiller seulement 0,3%, après être tombée à 0,2% au dernier trimestre 2013, alors que les analystes tablaient en général entre zéro et 1%.

Ses ventes en Chine, où la marque souffre d'un développement hâtif de son réseau de magasins avec des emplacements dans des "malls" devenus rapidement inadaptés, les ventes ont été "légèrement négatives", a indiqué le directeur financier du groupe, Jean-Marc Duplaix, sans plus de précisions.

La dirigeante de la marque en Chine a quitté le groupe fin 2013 et un successeur ne lui a pas encore été trouvé.

En Europe, où l'Italie et l'Espagne donnent des signes de stabilisation, les ventes de Gucci ont été là aussi "légèrement négatives" en raison d'un environnement macroéconomique difficile en France. Bien que peu exposé à la clientèle russe (4% de ses ventes), la marque a pâti d'une baisse de plus de 10% de la fréquentation des touristes russes, en raison de la forte dévaluation du rouble liée à la crise ukrainienne.

  Suite...

 
Kering a maintenu sa croissance organique au premier trimestre, marqué par une faiblesse persistante de Gucci, son principal centre de profit, et une amélioration des tendances chez Puma. Les ventes du groupe ont totalisé 2,40 milliards d'euros, enregistrant une hausse de 1,2% en données publiées. A périmètre et taux de change constants, la croissance ressort à 4,1%, comme au dernier trimestre de 2013, et dépasse les 3% attendus par les analystes. /Photo prise le 25 février 2014/REUTERS/Alex Lee