La Chine pèse sur les résultats de Diageo et de Rémy Cointreau

jeudi 17 avril 2014 14h21
 

par Pascale Denis

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les mesures de lutte contre la consommation ostentatoire en Chine ont lourdement pesé sur les ventes de Diageo, numéro un mondial des vins et spiritueux, et ont contraint jeudi Rémy Cointreau à un nouvel avertissement sur ses résultats.

Le britannique Diageo, propriétaire du whisky Johnnie Walker, de la vodka Smirnoff et d'une partie du fabricant de baiju Shuijingfang, a vu sa croissance reculer de 1,3% lors des trois premiers mois de l'année, plombé par une chute de 19% en Asie.

De son côté, le français Rémy Cointreau a vu ses ventes de cognac Rémy Martin plonger de 32,3% sur la période, après une baisse équivalente au trimestre précédent, portant à 20,8% le recul sur l'ensemble de son exercice 2013-2014 clos fin mars.

Ce nouveau décrochage a contraint le groupe à un nouveau profit warning, Rémy Cointreau anticipant désormais une chute comprise entre 35% et 40% de son résultat opérationnel courant (ROC) 2013-2014, alors qu'il tablait en novembre sur un recul de plus de 20%.

Sanctionnés par le marché après des chiffres inférieurs aux attentes, les titres Diageo et Rémy Cointreau perdent respectivement 4,2% et 4,14% à Londres et Paris à 13h25, entraînant dans leur sillage Pernod Ricard (-3,07%) et l'indice européen de la consommation (-1,3%).

Loin de s'alléger, les mesures anti-corruption qui touchent les cadeaux, les banquets et les très prisés karaokés, ont été au contraire renforcées par les autorités chinoises.

Touchant d'abord les grandes métropoles, elles se sont étendues aux villes de troisième ou quatrième rang ainsi qu'aux réseaux de distribution restés jusqu'ici relativement épargnés, comme les bars ou les discothèques en vogue, a précisé Luca Marotta, directeur financier de Rémy Cointreau.

  Suite...

 
Dans les caves de Rémy Martin à Cognac. Le groupe Rémy Cointreau, qui a fait état d'un nouveau décrochage de ses ventes de cognac en Chine, a lancé un nouvel avertissement sur ses résultats annuels, disant maintenant tabler sur une chutre comprise entre 35% et 40% de son résultat opérationnel courant 2013-2014. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau