Paris prend un risque mesuré sur le déficit à 3% en 2015

mardi 15 avril 2014 18h18
 

par Marc Joanny

PARIS (Reuters) - La France s'est finalement engagée à ramener son déficit public à la limite européenne de 3% du produit intérieur brut fin 2015 alors que son message sur la nécessité de préserver la croissance est entendu, y compris par la Banque centrale européenne.

Paris, qui avait obtenu l'an dernier un délai supplémentaire de deux ans pour revenir sous 3%, s'est refusé pendant des semaines à confirmer cet horizon et a même laissé entendre qu'il pourrait solliciter un nouveau report, à la faveur du changement de gouvernement.

Les rappels à l'ordre que ces atermoiements ont suscités, aussi bien de la part de l'Eurogroupe que de Bruxelles et de la BCE, ont pu contribuer à une clarification de l'exécutif français amorcée jeudi dernier et confirmée lundi.

Tirant les conséquences de l'austérité sur l'activité et l'emploi dans des pays comme la Grèce, l'Espagne ou le Portugal, la Commission européenne s'est toutefois convertie à l'idée que la capacité d'une économie à croître est le gage le plus sûr d'une amélioration durable de ses comptes publics.

Elle devra se prononcer avant la fin de son mandat sur le nouveau programme de stabilité de la France présenté en conseil des ministres le 23 avril et sur les suites de la procédure pour déficit excessif ouverte en 2009. La Commission devrait se prononcer le 2 juin, selon une source européenne.

La BCE n'a pas été sourde non plus aux appels de Paris. Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre, Manuel Valls, l'avait interpellée sur le niveau trop élevé de l'euro.

Son président, Mario Draghi, a déclaré samedi qu'une poursuite du renchérissement de la monnaie européenne nécessiterait un assouplissement de la politique monétaire de la BCE pour maintenir une position aussi accommodante qu'elle l'est actuellement.

Le Fonds monétaire international (FMI) a aussi estimé la semaine dernière que la France pourrait tenir son engagement de ramener son déficit à 3% du PIB fin 2015 après 3,7% en 2014, en anticipant une croissance de l'économie française de 1% cette année et de 1,5% l'an prochain. Le FMI a cependant utilisé pour 2013 une estimation du déficit à 4,2%.   Suite...

 
La France s'est finalement engagée à ramener son déficit public à la limite européenne de 3% du produit intérieur brut fin 2015 alors que son message sur la nécessité de préserver la croissance est entendu, y compris par la Banque centrale européenne.  Les rappels à l'ordre que ces atermoiements ont suscités, aussi bien de la part de l'Eurogroupe que de Bruxelles et de la BCE, ont pu contribuer à une clarification de l'exécutif français amorcée jeudi dernier et confirmée lundi. /Photo d'archives/REUTERS/Thierry Roge