Transdev n'obtient pas la révocation de dirigeants de la SNCM

lundi 14 avril 2014 20h49
 

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - L'actionnaire majoritaire de la SNCM, Transdev, n'a pas obtenu lundi la révocation de Gérard Couturier, président du conseil de surveillance de la compagnie maritime où il serait ainsi redevenu majoritaire, ont fait savoir le groupe et des sources syndicales.

Le conseil de surveillance n'a pas accédé à sa demande de convoquer une assemblée générale qui aurait voté la révocation de Gérard Couturier et aurait porté l'actuel secrétaire général du groupe, Jérôme Nanty, à la présidence du conseil.

"Le rejet de cette assemblée est une victoire pour les personnels", a-t-on dit de source syndicale.

Durant la séance, Transdev a annoncé son intention de saisir le Tribunal de commerce pour obtenir l'organisation d'une assemblée générale, "même dans un délai plus long".

La requête de Transdev a été rejetée par huit voix contre six, avec le concours des trois représentants de l'Etat, qui détient une participation de 25% dans la Société nationale Corse Méditerranée maritime (SNCM). Ils ont voté avec les actionnaires salariés, qui détiennent 9% de la compagnie.

De source proche du dossier, on souligne qu'un avis favorable aurait permis à terme le remplacement du président du directoire Marc Dufour qui, avec Gérard Couturier, a toujours repoussé l'idée d'une procédure au tribunal de commerce, étape vers le dépôt de bilan.

Détenu à parité par la Caisse des dépôts (CDC) et Veolia Environnement, Transdev, actionnaire à 66% de la SNCM estime pour sa part ne pas avoir les moyens de financer le fonctionnement de la compagnie, qui assure notamment la liaison entre la Corse et le continent.

Veolia, qui veut se désengager de Transdev, a proposé à plusieurs reprises de saisir le tribunal de commerce face aux difficultés de la SNCM, ce qui a été refusé par la direction de la compagnie maritime.   Suite...

 
L'actionnaire majoritaire de la SNCM, Transdev, n'a pas obtenu lundi la révocation de Gérard Couturier, président du conseil de surveillance de la compagnie maritime où il serait ainsi redevenu majoritaire. /Photo prise le 31 mars 2014/REUTERS/Jean-Paul Pélissier